User Tools

Site Tools


informatique:cisco:stp

tag_spanning-tree_niveau_2_physique_redondance

STP

Le Spanning-Tree Protocol ou CST (Common Spanning-Tree) est un protocole de niveau 2 normalisé par l'IEEE en tant que 802.1D. Il permet de découvrir la topologie du réseau, d'en détecter les changements et d'éviter les boucles en établissant un chemin unique d'un point à un autre du réseau grâce à un algorithme d'arbre recouvrant (spanning tree).

Les communications entre les commutateurs se font par des paquets appelés BPDUs, qui sont notamment composés du “bridge priority” sur 2 octets suivi de la MAC adresse du commutateur qui parle (donc au total 2 + 6 = 8 octets). Ces 8 octets forment le BID (bridge ID) et servent à déterminer qui sera le root bridge. La priorité la plus basse est la meilleure ; à priorité égale, le switch qui a la plus petite @ MAC devient le root bridge. A partir de son élection, tous les autres switchs du réseau vont déterminer le chemin le plus court vers celui-ci, en additionnant les coûts des liens traversés :

  • 100 pour 10 Mbps
  • 19 pour du 100 Mbps
  • 4 pour 1 Gbps
  • 2 pour 10 Gbps, etc…

On peut influer sur l'algorithme STP en modifiant manuellement le coût d'une interface : en l'augmentant, on “oblige” le commutateur à prendre un chemin moins coûteux (ici le coût du lien sur l'interface fa0/1 du switch passe de 19 à 200) :

Switch(config)#int fa0/1
Switch(config-if)#spanning-tree cost 200

Extended System ID

Pour les commutateurs qui utilisent le Per-VLAN STP (= constituer un arbre recouvrant pour chaque VLAN), il faut distinguer chaque BPDU en fonction de son VLAN ; on utilise donc dans ce cas l'extended system ID, c'est à dire qu'on transforme le champ “bridge priority” de 16 bits en 4 bit de bridge priority + 12 bits codant le VLAN ID (ne pas modifier la taille de ce champ permet une compatibilité ascendante). 4 bits pour configurer la priorité c'est 2^4 = 16 possibilités ; et en tenant compte du poids (fort) de ces 4 bits dans le champ de 16 bits, cela donne les valeurs décimales suivantes pour la priorité : 4096, 8192, etc… jusqu'à 61440 (ce sont ces chiffres qui apparaissent donc comme priorité dans les configurations des commutateurs).

Contenu d'un BPDU :

Sans activer l'extended system-id : 2^16 valeurs pour configurer la priorité :
+-------------------------------------------------------------------------+---------------//----------+
| Bridge-ID : 2 octets                                                    | @ MAC du switch : 6 octets |
+-------------------------------------------------------------------------+---------------//-----------+
 
En activant l'extended system-id : 2^4 valeurs pour coder la priorité + 12 bits codant le VLAN ID
+--------------------------+----------------------------------------------+---------------//-----------+
| Bridge Priority : 4 bits | Extended System ID : 12 bits (= VLAN ID)     | @ MAC du switch : 6 octets |
+--------------------------+----------------------------------------------+---------------//-----------+

Un exemple pour comprendre : je veux configurer un commutateur pour être root-bridge sur le VLAN 100 avec une priorité de 4096, et ne pas être prioritaire pour le VLAN 200 avec une priorité de 16384 :

# activation du per-vlan rapid STP
spanning-tree mode rapid-pvst
 
# activation de l'extended system id
spanning-tree extend system-id
 
# je configure une priorité de 4096 (en décimal : "0001" sur les 4 bits
# de poids fort du champs de 16 bits) pour le VLAN 100 et 16384 pour le VLAN 200
spanning-tree vlan 100 priority 4096
spanning-tree vlan 200 priority 16384

La priorité du commutateur (la valeur des 2 octets du champ “bridge priority” de mes BPDUs = Bridge Priority + Extended System) sera différente pour chaque VLAN (normal, c'est du PVST !) :

  • pour le VLAN 100 elle vaudra (en décimal) 4096 + 100 = 4196
  • pour le VLAN 200 elle vaudra (en décimal) 16384 + 200 = 16584

STP BPDU Guard

Désactive le port sur lequel il reçoit des BPDUs si le portfast est activé sur le port. Il faut réactiver manuellement le port. Pour activer le BPDU guard, on se met en config-if :

spanning-tree bpduguard enable

NB : on peut activer par défaut sur tous les ports configurés en portfast avec la commande globale

spanning-tree portfast bpduguard default

STP BPDU filter

Il permet d'ignorer les BPDUs venant de cette interface (drop) sans pour autant la désactiver.

spanning-tree bpdufilter enable

NB : on peut activer par défaut sur tous les ports configurés en portfast avec la commande globale :

spanning-tree portfast bpdufilter default

STP Root Guard

Désactive le port si un BPDU de plus faible priorité est reçu (= si le switch de l'autre coté tente de devenir root) ; le port se réactive automatiquement lorsque l'équipement cesse de recevoir des BPDUs supérieurs.

Pour activer le root guard, on se met en config-if :

spanning-tree guard root

http://www.cisco.com/warp/public/473/74.html

Loop guard

Le loop guard est une sécurité supplémentaire pour éviter les boucles ST. Lorsqu'un port “blocking” cesse de recevoir des BPDUs, il passe normalement aux états listening-learning et forwarding. Si le loop guard est activé, ce dernier passera à l'état loop-inconsistent blocking et le message suivant sera écrit dans les logs :

SPANTREE-2-LOOPGUARDBLOCK: No BPDUs were received on port 3/2 in vlan 3. Moved to loop-inconsistent state.

Lorsque le port recevra à nouveau des BPDUs, il se débloquera automatiquement.

Permet à un switch de basculer rapidement sur un port alternatif vers le root bridge lorsque son root port tombe. Typiquement, les switchs sur lesquels on activera cette option sont les switchs d’accès.

(config-if)#spanning-tree uplinkfast

C'est une fonctionnalité qui est reprise dans le RST.

Backbone fast

En effet lorsqu'un switch perd le lien de son root port, il ne reçoit plus de BPDU et se prend pour le root bridge, envoyant des BPDUs à ses voisins en indiquant qu'il est root. En temps normal ceux-ci l'ignorent car qui reçoivent toujours les BPDUs supérieurs envoyés par le vrai root bridge.

Cette fonctionnalité Cisco au switch de détecter la perte du root port de son voisin quand il reçoit des BPDUs inférieurs de sa part, ceci avant le Max age (qui est de 20 secondes) et de provoquer une renégociation ST immédiate.

(config-if)#spanning-tree backbonefast

RST

Le Rapid Spanning-Tree (normalisé 802.1w) est une modification du ST qui permet une convergence bien plus rapide que le standard initial : on passe de 50 secondes à quelques secondes lors d'une perte d'un lien. C'est devenu un standard lui aussi.

Par rapport au simple ST, le RST apporte un état supplémentaire :

  • discarding (équivalent de blocking en ST)

Cependant les IOS actuels affichent l'état blocking et non discarding :

Po22                Altn BLK 1         128.1676 P2p

… ainsi que des rôles de ports supplémentaires :

  • alternate : c'est un port qui offre un chemin alternatif vers le root bridge ; il est à l'état discarding en temps normal. Il n'est présent que sur les switchs non-désignés.
  • backup : c'est un port additionnel présent sur un switch désigné qui possède un lien redondant vers le segment sur le lequel il est désigné. C'est donc le cas quand un switch a 2 ports sur le même segment : si l'un devient le port désigné du segment, l'autre deviendra le backup. Son état, dans une topologie stable, est discarding.

Récapitulatif des états des ports

état opérationnel rôles états ST états RST
disabled disabled disabled discarding
enabled ? listening discarding
enabled ? learning learning
enabled root forwarding forwarding
enabled designated forwarding forwarding
enabled discarding blocking discarding
enabled alternate / discarding
enabled backup / discarding

États des ports (schémas trouvés chez Cisco) :

C'est actuellement cette version de ST qui est utilisée partout. Partout vous dis-je.

PVST

Le Per VLAN Spanning-Tree est une amélioration propriétaire de Cisco qui permet d'avoir une instance ST par VLAN (ça permet de faire de la répartition de flux puisqu'on peut ainsi définir un root bridge différent pour chaque VLAN).

Cependant son inconvénient est que ce n'est pas un standard (donc concrètement ça ne tourne qu'entre équipements Cisco) et qui cela consomme beaucoup de ressources (CPU et réseau).

Comme ce protocole utilise une instance par VLAN, chaque BID doit contenir le numéro de VLAN : la priorité du STP (bridge priority, sur 16 bits) a été décomposée en 2 champs pour devenir l'extented bridge priority 4+12 bits : 4 pour la priorité du switch et 12 bits pour identifier le VLAN (2^12 = 4096, le compte est bon). Cela permet donc de ne pas changer le format du champs, mais implique d'utiliser une priorité multiple de 4096 (on joue sur les 4 bits de poids fort du BID).

R-PVSTP

Rapid-PVST Protocol ou Rapid Per VLAN Spanning Tree Protocol permet de combiner le “rapide” et le “par VLAN” ST :

  • Rapid : de converger plus vite lors d'un changement de topologie (2 secondes au lieu de 50 environs)
  • Per VLAN : d'utiliser une instance STP par VLAN

C'est un protocole propriétaire CISCO à la différence du MSTP (Multiple STP, extension du RSTP, qui permet de créer plusieurs instances de STP avec un ou plusieurs VLAN rattaché).

Configuration (idem pour le PVSTP activé par défaut) :

On active le RPVST :

Switch1(config)#spanning-tree mode rapid-pvst
Switch2(config)#spanning-tree mode rapid-pvst

La priorité par défaut est de 32768 : on va déclarer le Switch1 en “root primaire” et le 2 en “root secondaire” backup, ce qui va avoir comme effet de passer la priorité du Switch1 à 24576 et du Switch2 à 28672.

Switch1(config)#spanning-tree vlan 445 root primary
Switch2(config)#spanning-tree vlan 445 root secondary

NB : quand on configure un switch en root primary sur un vlan, il va modifier dynamiquement sa priorité pour devenir root sur ce VLAN ; en revanche la commande root secondary fixe une priorité statique de 28672 (juste prioritaire à la priorité d'un switch lambda configuré par défaut).

On aurait pu gérer les priorités statiques à la main :

Switch1(config)#spanning-tree vlan 445 priority 8192
Switch2(config)#spanning-tree vlan 445 priority 16384

Vérification :

Switch1#sh spanning-tree vlan 445

MSTP

Le Multiple Spanning-tree (IEEE 802.1s) permet de créer des groupes (instances) de VLANs qui partageront une même topologie spanning-tree. On diminue ainsi la charge du réseau et des CPUs des commutateurs par rapport au PVST (moins de BPDUs et moins de calculs d'arbres). Cela permet par exemple de faire du partage de charge en déterminant des chemins différents pour différentes instances.

L'inconvénient est qu'un problème de ST sur une instance impacte tous les VLANs de celle-ci ; de plus le MST doit se configurer sur chaque switch d'une instance.

On associe donc un groupe de VLAN à une instance (numérotées de 1 à 15 max), contenue dans une région ; ces VLANs partageront leur topologie ST (ou plutôt RST car chez Cisco le MST implique de fonctionner en RST).

Par défaut l'instance 0 (MST00) contient tous les VLANs.

Les switchs appartenant à une même région MST apparaissent comme un seul “gros” switch par rapport aux autres ; ils doivent avoir en commun :

  • les mêmes numéros d'instance
  • le même mapping de VLAN par instance
  • le même numéro de révision

Le BID (Bridge ID) du MST a le même format qu'en PVST, à ceci prêt que l'extended system ID contient le numéro de l'instance à la place du numéro de VLAN.

Configuration

On va créer 2 instances dans la région region1 avec un n° de révision de 1 :

Switch(config)#spanning-tree mst configuration
Switch(config-mst)#instance 1 vlan 1-500
Switch(config-mst)#instance 2 vlan 501-1000
Switch(config-mst)#revision 1
Switch(config-mst)#name region1
Switch(config-mst)#exit

Puis on active le MST :

Switch(config)#spanning-tree mode mst

Chaque commutateur doit avoir la même configuration de région sous peine de ne pas pouvoir communiquer avec les autres commutateurs “régionaux”.

Pour réinitialiser la détection des protocoles ST, il faut passer la commande :

clear spanning-tree detected-protocols

Dans certains cas (à déterminer) il faut passer la directive suivante sur les interfaces physiques reliées à certains commutateurs :

Switch(config-if)#spanning-tree mst pre-standart

Vérification

show spanning-tree mst configuration
show spanning-tree mst

Désactiver le STP

On peut désactiver le Spanning-tree sur un VLAN donné (par ex. le 2) avec la commande :

no spanning-tree vlan 2
 
# vérification
show spanning-tree vlan 2
Spanning tree instance(s) for vlan 2 does not exist.
informatique/cisco/stp.txt · Last modified: 2016/02/15 16:41 by pteu