User Tools

Site Tools


informatique:linux:commandes_linux

search?q=commandes%20linux%20syst%C3%A8me&btnI=lucky

Commandes Linux

Cet article présente des commandes système sous Linux. En général on obtient de l'aide sur une commande en tapant man <commande> dans un terminal, ou en consultant l'aide située dans le dossier /usr/share/doc.

Les commandes réseaux sont décrites ici : linux configuration réseau

apropos

(ressemble à man -k) Permet d'afficher toutes les commandes en rapport avec la commande passée en paramètre.

apropos who
 apropos who
 at.allow (5)         - determine who can submit jobs via at or batch
 at.deny (5)          - determine who can submit jobs via at or batch
 from (1)             - print names of those who have sent mail
 ftpusers (5)         - file which lists users who are not allowed to use ftp
 ftpwho (1)           - show current process information for each FTP session
 w (1)                - Show who is logged on and what they are doing.
 w.procps (1)         - Show who is logged on and what they are doing.
 who (1)              - show who is logged on
 who-uploads (1)      - identify the uploaders of Debian source packages
 whoami (1)           - print effective userid
 whodepends (1)       - check which maintainers' packages depend on a package
 whois (1)            - client for the whois directory service
 xfce4_setup (1)      - creates local .xsession file for the user who calls the script

apt

C'est le gestionnaire de paquet sous les distributions Debian & dérivées.

Le fichier de configuration des dépôts (main, contrib, universe, multiverse, etc) est /etc/apt/sources.list. Les paquets téléchargés sont stocké dans un cache situé dans /var/cache/apt/.

Les commandes utiles :

  • apt-get update pour màj la liste des paquets
  • apt-get upgrade pour installer les dernières màj ; les recommandations préconisent d'utiliser apt-get safe-upgrade, apt-get dist-upgrade ou apt-get full-upgrade (selon les distributions et l'action désirée).
  • apt-get install <paquet> pour installer le paquet
  • apt-get remove [–purge] <paquet> pour désinstaller le paquet [et aussi ses fichiers de config]
  • apt-get clean supprime des paquets téléchargés du cache
  • apt-get autoclean supprime les archive obsolètes
  • apt-cache show <paquet> pour afficher les informations relatives au paquet
  • apt-cache show <chaine> pour rechercher la chaine dans la liste des tous les paquets

aptitude est un dérivé plus récent d' apt, qui fonctionne de manière similaire avec la plupart du temps le même argument (e.g. aptitude install ; aptitude search, etc).

Liens :

arp

C'est une commande qui permet de voir la table de correspondance @IP/@MAC.

Pour avoir toutes les entrées ARP de la table

arp -a

Pour supprimer une entrée de la table

arp -d <nom_de_la_machine>

Pour ajouter une nouvelle entrée dans la table

arp -s <nom_de_la_machine adresses_mac>

aspell

Vérificateur d'orthographe interactif en ligne de commande.

aspell check toto.txt

Pour l'utiliser de façon non-interactive :

aspell list < toto.txt

Pour rechercher un mot rapidement dans le dictionnaire, on utilise la commande look.

at

Permet de programmer l'exécution d'une tâche à une heure donnée (une seule exécution, à la différence cron). La syntaxe est at heure jour ; puis on saisi une commande par ligne ; et enfin on quitte l'outil par un ctrl+d (<EOT>). Le jour n'est pas obligatoire ; par défaut on utilise la date du jour courant (at 14:45 10/19/06 équivaut à at 14:45 si on est le 19 octobre 2006). Il est possible de compter par rapport à l'heure/la date courante : at 15:00 + 3 days programme une commande pour 15h00 dans 2 jours (marche aussi avec l'heure).

Enfin, on peut spécifier l'heure d'exécution en chiffres au format : at -t “YYMMDDmmHH”.

date
 jeudi 19 octobre 2006, 14:50:41 (UTC+0200)
 
# programmer une tâche à 14h52
at 14:52
# on aurait pu utiliser la syntaxe plus complète : at -t "200610191452"
 warning: commands will be executed using /bin/sh
at> echo 'toto'
at> echo 'tata'
at> <EOT>
 job 1 at Thu Oct 19 14:52:00 2006
 
# lister les tâches programmées
atq
 1       Thu Oct 19 14:52:00 2006 a dude
 
# supprimer l'entrée #1
atrm 1

Comme on peut le deviner, atq permet d'afficher la queue des commandes programmées. Chacune est déposée dans un fichier dans le répertoire /var/spool/at.

On peut utiliser les fichier /etc/at.allow et /etc/at.deny pour gérer des permissions d'accès à la commande at.

awk

C'est une commande (un langage) de manipulation de chaînes de caractères d'un fichier ou d'un flux en entrée. Voir la page dédiée : awk

badblocks

badblocks permet de rechercher les blocks défectueux sur un périphérique.

badblocks -s -v /dev/hda

Si badblocks trouve un bloc défectueux déjà utilisé, e2fsck essaie de déplacer celui-ci à un autre emplacement. Si le bloc est vraiment abîmé, le contenu du fichier peut être corrompu.

e2fsck -c ?

Liens utiles :

basename

basename retourne le nom du fichier fourni en paramètre, sans son chemin.

Un équivalent moins coûteux de la fonction basename $FIC est : ${FIC##*/}

batch

Permet de lancer une commande quand le système n'est pas trop chargé (charge CPU < 1.5).

bg

(background) Placer un job en arrière-plan (voir jobs)

cal

Permet d'afficher le calendrier en console ; par défaut le mois courant

  • cal -y affiche l'année courante
  • cal 2000 affiche l'année 2000
  • cal 01 2001 affiche janvier 2001

cat

Permet d'afficher sur STDOUT un flux d'entrée ou un fichier spécifié en paramètre ( on peut en spécifier plusieurs) :

cat fichier.txt

On peut notamment afficher les numéros de lignes -n, afficher l'entrée standard - (ou lancer cat sans paramètre), afficher les caractères invisibles -A (les tabulations et les fins de lignes)

Tips

  • Écrire des notes dans un fichier : pour simuler un notepad/bloc-note dans un shell (marche seulement pour créer un nouveau fichier) :
cat > list -

Utiliser ^C (ctrl+c) pour sortir.

  • Envoyer des paramètres à un programme sans que cela n'apparaisse dans le bash_history :
# équivalent d'un "echo blabla"
cat | xargs echo
 blabla
 ^D
blabla

… seule la commande cat | xargs echo apparaitra dans l'historique des commandes ; ^D (ou Ctrl+D) permet de quitter le cat et envoyer le texte à la commande suivante. C'est utile lorsqu'on doit saisir un mot de passe, par exemple.

cd

change directory ; commande utiliser pour changer de répertoire (équivalent de dir sous Windows). A tout moment on peut savoir dans quel répertoire on est (chemin absolu) grâce à la commande pwd.

Utilisation :

  • cd /tmp : aller dans le répertoire “/tmp”
  • cd . : le “.” désigne le répertoire courant. Donc cette commande va dans le répertoire courant (donc dans l'absolu, cette commande ne sert à rien !)
  • cd .. pour aller dans le répertoire racine du répertoire courant. On peut enchainer plusieurs fois cette séquence (cf exemples).
  • cd la commande seule permet de se rendre dans sa HOMEDIR c'est à dire son répertoire personnel (souvent dans /home/<nom d'utilisateur> ; pour le connaitre : echo $HOME.)
  • cd - permet de retourner dans le précédent répertoire de travail

chemin absolu = chemin depuis la racine du sytème, par exemple “/home/toto”. Il est donc invariable et commence toujours par “/”. chemin relatif = chemin par rapport au répertoire courant. Par exemple si on veut définir le chemin relatif de “/home/toto” :

  • ça sera “./toto” (= à la notation raccourcie “toto/” ou même “toto”) si on est dans /home
  • ça sera “../” si on est dans /home/toto/test
  • ça sera “./home/toto” si on est dans /

Exemple :

pwd
 /mnt/data

cd /tmp
pwd
 /tmp

cd
pwd
 /home/toto

cd -
pwd
 /tmp

cd -
pwd
 /home/toto

cd ..
pwd
 /home

cd
pwd
 /home/toto

cd ../..
pwd
 /

cd /home/toto
(dans ce contexte, équivaut à "cd home/toto" ou "cd ./home/toto")
pwd
 /home/toto

chage

Permet de lister et modifier la date d'expiration d'un compte utilisateur.

Pour afficher les information d'un compte :

chage -l <login_user>
Last password change                                    : Jan 15, 2013
Password expires                                        : Oct 11, 2016
Password inactive                                       : Oct 31, 2016
Account expires                                         : never
Minimum number of days between password change          : 15
Maximum number of days between password change          : 1365
Number of days of warning before password expires       : 7

Pour modifier la date d'expiration :

 chage -E YYYY-MM-DD <login_user>

chattr/lsattr

Permet de changer et lister les attributs de fichiers sur une partition ext2-3

  • protéger un fichier avec chattr +i /etc/services
  • bit ajout-seul (pour les logs) : chattr +a /var/log/messages
  • effacement total : chattr +s fichier

chmod

Change les permissions sur un fichier. Syntaxe simplifiée : chmod [-R] DROITS FICHIERS

Théorie des droits sous Linux

Les droits d'un fichiers sont de la forme : [d]rwxrwxrwx qu'il faut lire en séparant les champs : [d] rwx rwx rwx. (“d” s'il s'agit d'un répertoire ; puis 3 séquences de 3 caractères qui représentent les droits (r (read), w (write), x (execute) ou - (pas le droit)) affectés respectivement au propriétaire du fichier, au groupe du fichier et aux autres (others). On obtient les droits d'un fichier avec la commande ls -l :

ls -l /home/toto/secret.txt
 -rwxr-xr--  1 toto smbusers 1,2K sep 16 09:34 secret.sh

Dans cet exemple :

  • (-) ⇒ c'est un fichier et non un répertoire
  • (rwx) ⇒ le propriétaire de ce fichier est toto ; il a les droits de lecture, écriture et exécution sur ce fichier
  • (r-x) ⇒ le fichier appartient au groupe smbusers ; les utilisateurs appartenant à ce groupe auront les droits en lecture et exécution sur ce fichier, mais pas en écriture.
  • (r–) ⇒ les autres utilisateurs n'ont que le droit de lire le fichier, mais pas de l'exécuter ni de le modifier.

Méthode numérique

Ces permissions peuvent se coder avec des valeurs binaires : on considère chaque champ “rwx” indépendamment. Pour faire simple : r vaut 4, w vaut 2 et x vaut 1. L'explication technique est que chaque droit vaut la valeur de la puissance de 2 du bit qui lui correspond : Par exemple “r-x” ⇒ 101 en binaire, ce qui donne en décimal 2^2 (+ 0 * 2^1) + 2^0 = 4 (+ 0) + 1 = 5

Les permissions du fichier secret.sh ci-dessus se codent donc ainsi (on ne tient pas compte du premier tiret qui détermine s'il s'agit d'un dossier ou non) :

rwx r-x r--
 7   5   4

=> 754

Pour ajouter le droit d'écriture au membres du groupe smbusers, il faut transformer les droits en : rwxrWxr–, soit 774 :

chmod 774 secret.sh
ls -l secret.sh
 -rwxrwxr--  1 toto smbusers 1,2K sep 16 09:34 secret.sh

Méthode symbolique

On peut simplifier la méthode numérique en se disant : “je veux ajouter le droit en écriture au groupe” ce qui se traduit par cette notation alternative :

chmod g+w secret.sh

“g” pour “group”, “+” pour “ajouter”, “w” pour “write”.

La syntaxe est la suivante :

  • +, - ou = pour ajouter, enlever ou appliquer la valeur exacte d'une permission.
  • u, g, ou o pour les champs user, group ou other.
  • r, w ou x pour les droit read, write ou execute.

On peut “factoriser” les changements : par exemple pour ajouter le droit de lecture et écriture d'un fichier à tout le monde

chmod ugo+rw un_fichier.txt

On peut lister des modifications :

chmod u+rw,g+x un_fichier.txt

chsh

Cette commande permet de changer le shell par défaut de l'utilisateur courant.

chsh
 Enter the new value, or press return for the default
 Login Shell [/bin/bash]:/bin/zsh

Pour changer le shell par default des utilisateurs :

vim /etc/adduser.conf
 DSHELL=/bin/bash -> DSHELL=/bin/zsh

clear

clear permet d'effacer le contenu du terminal (raccourci clavier : ctrl+c.

cmp

cmp permet de comparer deux fichiers octet par octet. A la différence (..) de diff, il n'affiche pas les lignes différentes mais les “endroits” des fichiers qui diffèrent.

-l permet d'afficher tous les octets qui diffèrent, -s (silence) ne renvoie rien d'autre que le code de retour de la commande.

comm

Permet de comparer les fichiers triés GAUCHE et DROITE ligne par ligne.

comm fichier1 fichier2

Sans option, la sortie se fait sur 3 colonnes. La première colonne contient les lignes uniques au FICHIER1, la seconde contient les lignes uniques au FICHIER2, et la troisième contient les lignes communes aux deux fichiers. Options :

  • -1 : supprimer les lignes uniques du fichier de gauche
  • -2 : supprimer les lignes uniques du fichier de droite
  • -3 : supprimer les lignes uniques des 2 fichiers

cp

copy ; copier de fichier.

Paramètres :

  • -i affiche une demande de confirmation avant chaque écrasement de fichier.
  • -r recursive = on copie aussi toute la sous-arborescence avec les répertoires.
  • -p permission = permet de conserver les permissions
  • -a archive = équivalent à -rp

cron

cron est un utilitaire qui permet de planifier des taches à un moment donné.

cut

Permet de sélectionner une ou des colonne(s) dans un flux ou un fichier.

Par exemple pour récupérer la liste des utilisateurs d'un système ainsi que le chemin de leur home, on sélectionne la 1ère et la 6ème colonne (field) du fichier /etc/passwd en délimitant avec : (delimiter) :

cut -d":" -f1,6 /etc/passwd

cut n'accepte qu'un seul caractère comme délimiteur ; si on veut utiliser le caractère tabulation, \t ne fonctionne donc pas. Pour cela il faut utiliser la séquence ctrl+v <tab>.

date

L'heure Unix, ou timestamp, est un compteur qui affiche le nombre de seconde depuis le 1er janvier 1970 à 00h00 UTC/GMT. Il est codé sur 32 bits donc il prendra fin à 2^32-1, soit le 19 janvier 2038 à 3 h 14 min 7 s, en provoquant le bug de l'an 2038 :).

date est un outil pour manipuler ce compteur : renvoyer la date courante, convertir la date en différents formats, faire des calculs de date (les options et les formats sont très nombreux, il faut voir le man). Voici quelques exemples usuels quand même :

# Pour afficher la date au format YYYY/MM/JJ-HH:MM:SS :
date +%Y/%m/%d-%H:%M:%S
2009/06/25-15:07:56
 
# afficher le compteur (timestamp) de l'heure actuelle :
date +%s
1441816670
 
# afficher la date correspondant à un timestamp donné :
date -d @1441816670
mer. sept.  9 18:37:50 CEST 2015
# ou la version plus verbeuse : date -d "1970-01-01 UTC + 1441816670 seconds"
 
# afficher la date d'il y a 2 jours :
date --date='2 days ago'
# afficher la date dans 5 mois et 4 jours (regarde, on peut même faire des fautes, c'est pris en compte !) :
date --date='5 month 4 day'
 
# mettre à jour la date et l'heure du système :
date --set="2016-6-30 4:59 PM"

dd

Copy and convert a file.

Permet de copier une source vers une destination en binaire ; par ex générer un fichier d'une certaine taille de 50 Mo :

dd if=/dev/zero of=500meg bs=1k count=500000

Légende :

  • if : input file
  • of : output file
  • bs : block size (50 000 x 1024 = 50 mégas)

En envoyant un SIGUSR1 à dd, il renvoie des informations comme la quantité de données copiées, la vitesse, etc..

pkill -USR1 dd

diff

diff permet d'afficher les différence entre 2 fichiers :

cd /tmp ; echo "toto" > toto ; echo "titi" > titi
diff toto titi
 1c1
 < toto
 ---
 > titi

Un patchfile c'est un fichier qui contient la sortie d'un diff :

diff -u toto titi > toto_titi.patch

Pour patcher toto avec les modifications de titi on utilise la commande patch avec le patchfile :

patch -b toto toto_titi.patch
 patching file toto

dig

A l'instar de nslookup, dig est un outil d'interrogation de DNS (beaucoup plus fin cependant). Quelques use case :

dig +short www.free.fr        # résoudre le nom google.fr avec une sortie au format court (affichage uniquement des IPs)
212.27.48.10
 
dig +search toto              # va rechercher toto en recherchant aussi dans les domaines déclarés dans /etc/resolv.conf
 
dig +short -x 212.27.48.10    # résolution inverse avec un résultat au format court (affiche uniquement les noms)
www.free.fr
 
dig +trace google.fr          # mode debug pour analyser la résolution DNS
 
dig txt pteu.fr               # requêter les champs TXT du domaine
dig mx pteu.fr                # MX (serveur de mail) du domaine
dig pteu.fr @9.9.9.9	      # interroger le @serveurDNS spécifié

dirname

dirname permet de renvoyer le path (chemin) du nom de fichier absolu passé en paramètre.

FIC=/home/dude/.bashrc
dirname $FIC
 /home/dude
 
# équivalent moins coûteux :
echo ${FIC%/*}
 /home/dude

Pour obtenir le chemin absolu du fichier, utiliser readlink.

disown

Permet de désolidariser un processus du shell qui l'a lancé. Si aucun processus n'est spécifié, il prend le dernier lancé.

dmesg

Affiche les messages émis lors du boot (on y trouve aussi les messages lors du branchement d'un disque USB).

df

Permet d'afficher l'espace disque restant sur tous les disques montés ;

  • -h permet d'utiliser un affichage compréhensible (il adapte l'unité en fonction de la taille (Ko, Mo, etc)).
  • -T affiche le type de sytème de fichier (ntfs, fat, ext3, …)
df -hT
 Sys. de fich. Type     Tail. Occ. Disp. %Occ. Monté sur
 /dev/sda1     ext3    3,9G  1,5G  2,2G  41% /
 tmpfs        tmpfs    474M     0  474M   0% /lib/init/rw
 udev         tmpfs     10M   32K   10M   1% /dev
 tmpfs        tmpfs    474M  4,0K  474M   1% /dev/shm
 /dev/sda3     ext3    913G  840G   26G  98% /mnt/data

dpkg

Permet de gérer les packages :

  • dpkg -L <paquet> liste les fichiers contenus dans le paquet
  • dpkg-reconfigure <paquet> reconfigurer le paquet
  • dpkg -i <paquet> installer un paquet
  • dpkg -S <fichier> donne le paquet auquel se rapporte le fichier
  • dpkg-query -W affiche la listed e tous les paquets installés sur la machine

du

Permet d'afficher la taille des fichiers d'un répertoire

  • -h permet d'utiliser l'unité appropriée en fonction de la taille du fichier (kilo, mégas, gigas, etc..)
  • -s (summurize) permet de n'afficher la taille que du dossier courant.
du -sh
 437M    .

Pour limiter l'affichage des répertoires du dossier courant :

du -h --max-depth=1
 4,0K    ./.aptitude
 239M    ./income
 4,0K    ./.w3m
 4,0K    ./Mail
 16K     ./test-gen-rsa
 16K     ./.ssh
 776K    ./save_tiga
 307M    .

ncdu est une alternative en ncurses (interface pseudo-graphique en CLI)

echo

echo permet d'afficher une ligne

echo toto
toto

Options :

  • -n : ne va pas à la ligne après le texte
  • -e : interprète les caractères spéciaux du genre \n ou \t
echo -e "to\tto\ntiti"
to      to
titi

env

env affiche les variables d'environnement et leur contenu.

HOST=hel
TERM=xterm
SHELL=/bin/bash
SSH_TTY=/dev/pts/2
USER=dude
MAIL=/var/mail/dude
PATH=/sbin:/usr/sbin:/bin:/usr/bin:/usr/pkg/sbin:/usr/pkg/bin:/usr/X11R6/bin:/usr/local/sbin:/usr/local/bin
BLOCKSIZE=1k
PWD=/home/dude
EDITOR=vim
LANG=fr_FR.UTF-8
PS1=\[\e[0;30;47m\]$(date +"%H:%M")\[\e[0;32m\] \u\[\e[m\]@\[\e[0;31m\]\h\[\e[0m\]:\[\e[0;32m\]\W \[\e[0m\]
SHLVL=1
HOME=/home/dude
LOGNAME=dude
_=/usr/bin/env
OLDPWD=/home/dude/Mail

ethtool

Permet d'obtenir/modifier des informations sur la connectivité niveau 1 et 2 de la carte réseau.

Quelques exemples de commandes :

ethtool -i eth0
 driver: r8169
 version: 2.2LK
 firmware-version:
 bus-info: 0000:00:09.0
ethtool eth0
 Settings for eth0:
         Supported ports: [ MII ]
         Supported link modes:   10baseT/Half 10baseT/Full
                                 100baseT/Half 100baseT/Full
                                 1000baseT/Half 1000baseT/Full
         Supports auto-negotiation: Yes
         Advertised link modes:  10baseT/Half 10baseT/Full
                                 100baseT/Half 100baseT/Full
                                 1000baseT/Half 1000baseT/Full
         Advertised auto-negotiation: Yes
         Speed: 100Mb/s
         Duplex: Full
         Port: Twisted Pair
         PHYAD: 1
         Transceiver: internal
         Auto-negotiation: off
         Supports Wake-on: g
         Wake-on: d
         Current message level: 0x000000ff (255)
         Link detected: yes

Pour passer en 1 giga full dupleix et autonégatiation :

ethtool -s eth0 speed 1000 duplex full autoneg on

exit

ou ctrl+d, permet de fermer un terminal graphique.

expr

Évaluer des expressions :

  • tronquer la taille de la chaine $MSG à 40 caractères
expr "$MSG" : "\(.\{40\}\)"
  • expressions arithmétiques
expr $z + 1

for

Permet de faire une boucle “pour” ; voir programmation_shell.

fg

(forground) Placer un job en avant-plan. (voir jobs)

file

Affiche le type d'un fichier (ne tient pas compte de son extension mais regarde les headers dudit fichier)

file toto
 toto: ASCII text

find

Permet de rechercher un fichier dans une arborenscence

# recherche d'un fichier "toto.txt" dans le répertoire courant "."
find . -name toto.txt

Liste des options les plus utilisées (totalement subjectif) :

  • -type d pour spécifier le type du fichier recherché (notamment directory, regular file, symbolic link)
  • -name nom permet de spécifier un nom de fichier ou un motif. Si motif, il est recommandé de le saisir entre “” ou d'échapper proprement les caractères interprétés (ex : -name \*.txt ou -name “*.txt”) sous peine de rencontrer l'erreur suivante : find: les chemins doivent précéder l'expression : <un fichier texte>
  • -perm 664 permet de chercher les fichiers qui ont exactement les droits du masque (ici 664 soit -rw-rw-r--). On peut rechercher tous les fichiers qui ont le droit d'écriture pour le groupe par -perm -020.
  • -regex 'expr_reg' permet d'utiliser une expression régulière comme critère de recherche
  • -exec permet d'exécuter une commande pour chaque résultat de la commande find (voir exemples)
  • -size +1000M ne valide que les fichiers dont la taille est supérieure à 1000 Mo.
  • -printf pour contrôler la sortie et n'afficher que des champs spécifiques du fichier ; voir la partie exemples plus bas.
  • -maxdepth n ne pas descendre en dessous de n niveaux dans les répertoires parcourus (existe aussi en -mindepth n)
  • -mount ne pas faire la recherche dans les répertoires situés sur d'autres systèmes de fichiers

On peut moduler les options avec :

  • ! pour exclure une condition ; par exemple rechercher les fichiers qui ne sont pas nommés toto.titi : ! -name toto.titi. Equivalent de -not (-not -name toto.titi).
  • -a (AND) et -o (OR) pour additionner plusieurs conditions de recherche

Exemples

# fichiers en écriture pour tout le monde
find / ­perm ­0002 ! ­type l
 
# fichiers en lecture pour tout le monde
find / ­perm ­0004 ! ­type l
find / ( -perm -a+r -o -perm -a+w ) ! -type l
 
# afficher les fichiers modifier il y a moins de 1 jour (-1)
find . -mtime -1 -print | more
# supprimer les fichiers modifiés il y a plus de 2 jours (+2)
find . -mtime +2 -exec rm -f {} \;
 
# copier tous les fichiers ''.jpg'' dans /tmp ("-regex" permet de rechercher dans le path complet du fichier)
find . -regex ".*\/([a-z]|[A-Z]|[0-9])+\.jpg$" -exec cp {} /tmp \;
 
# rechercher ses films de vacances et afficher leurs noms triés par ordre alphabétiques
# NB : le type posix-egrep permet d'utiliser des | dans le motif, ce qui n'est pas possible par défaut
find . -regextype posix-egrep -iregex '.*.avi|.*.mkv|.*.mp4|.*.m4v|.*.m2ts' | sed 's/.*\///g' | sort
 
# supprimer toutes ces maudites miniatures Windows :
find . -name Thumbs.db -exec rm {} \;
 
# attribuer des permissions à tous les sous-répertoires contenus dans le répertoire pics :
find ./pics -type d -exec chmod g+rwx {} \;
 
# rechercher tous les fichiers exécutables en excluant les dossiers
find . -type f -perm -100
 
# trouver et compter les doublons dans le répertoire courant (et les sous-répertoires) :
find . -type f | sed "s#.*/##g" | sort | uniq -c -d
 
# supprimer les dossiers vides
find . -type d -empty -delete
 
# lister récursivement les 10 fichiers les plus récents d'un répertoire :
find /mnt/data -type f -printf "%TY-%Tm-%Td %TT %f\n" | sort | tail -10
 
# afficher les fichiers de plus de 10 Go (''-size +10G'') contenus dans le dossier courant,
# triés par ordre décroissant de taille :
# (On affiche la taille du fichier en Ko (''%k''), et le nom du fichier sans le path (''%f'').
# Le reste des commandes sert à classer et ne retenir que les 10 plus récents.)
find . -type f -size +10G -printf "%k %f\n" | sort -rn | tail -10
 
# on peut additionner les conditions de recherches avec -a (AND) et -o (OR)
find . \( -name '*.avi' -o -name '*.mkv' \) -print

flock

flock est une commande de gestion de verrou. La syntaxe est :

flock <fichier de verrou> commande

Le concept global du verrou permet de vérifier que l'on n'a pas 2 commandes qui se lancent simultanément.
La commande ne se lance que si aucun autre programme n'a bloqué le verrou ; si elle obtient le verrou, elle le bloque pour le temps de son exécution, et le débloque à la fin. Par défaut si le verrou ne peut être acquis, flock attend qu'il se débloque sans lancer la commande.

Paramètres :

  • -w 10 : annuler la commande si l'on n'acquière pas le verrou avec 10 secondes
  • -s (shared) : créer un verrou partager (verrou de lecture)
  • -e ou -x (exclusive) : pour obtenir un verrou exclusif (verrou d'écriture)

finger

C'est un service qui permet d'obtenir des informations sur les comptes utilisateurs :

finger -l dude

fmt

Utilitaire pour formater du texte.

Exemple :

# afficher du texte en colonnes de max 4 caractères
echo "toto titi tata tutu" | fmt -w10
toto titi
tata tutu

free

Affiche des informations sur la mémoire (utilisée, libre, totale) :

free 
             total       used       free     shared    buffers     cached
Mem:        452052     382144      69908          0     145688      53744
-/+ buffers/cache:     182712     269340
Swap:       497972        424     497548

ftp

Permet d'échanger des fichiers avec un hôte distant par protocole FTP.

Quelques commandes en vrac : dir cd get mget put mput binary exit.

fuser

Identifier les processus qui utilisent un fichier. (voir mount)

getent

Obtient des entrées de la base de données administrative

Par exemple pour récupérer la ligne de l'utilisateur “dude” :

getent passwd dude
dude:x:10000:10000:dude,,,:/home/dude:/bin/bash

getopts

Cette commande permet de récupérer facilement les options (paramètres) avec lesquels a été lancé un script. Une option est un caractère précédé d'un + ou d'un - (à la différence d'un argument qui est “juste” une chaîne de caractère) ; getopts analyse les options une par une, et doit donc être utilisée dans une boucle.

Explications approfondies disponibles ici.

grep

grep est un outil de recherche de motifs, soit dans son flux d'entrée soit dans un fichier (les 2 commandes suivantes sont équivalentes) :

cat toto.txt | grep titi
grep titi toto.txt

Les options possibles sont :

  • -c (count) pour avoir uniquement le nombre de lignes satisfaisantes
  • -i (insensible à la casse) : pour ne pas différencier minuscules et majuscules
  • -n (number)pour afficher les numéros de lignes
  • -v pour obtenir les lignes où le motif n'existe pas
  • -A <nb> pour afficher <nb> lignes après celles qui matchent
  • -B <nb> pour afficher <nb> lignes avant celles qui matchent
  • -R mode récursif (recherche dans tous les fichiers de tous les sous-répertoires)
  • –color=auto pour afficher en rouge le motif dans les résultats
  • -q (quiet) n'affiche rien, se contente de retourner le code d'erreur 0 s'il trouve le motif, 1 sinon
  • -o (only-matching) : n'affiche que les résultats matchant le motif (et pas la ligne entière)

Il est possible d'utiliser les expressions régulières dans le motif, par exemple :

grep '^d' toto.txt

Pour utiliser des filtres multiples il faut utiliser egrep :

egrep "toto|titi" tata.txt

*grep

Les dérivés de grep :

  • egrep : permet d'utiliser des expressions régulières étendues (ERE) dans les patterns ; il vaut mieux utiliser grep -E car egrep est désuet. Exemple : pour afficher un fichier purgé des lignes vides et des commentaires :
grep -vE '^$|^#' file
  • zgrep : permet de dézipper automatiquement les archives (*.gz) pour faire une recherche dedans

Tips

  • filtrer la liste des processus sans inclure le processus grep : ps aux | grep [p]rocess-name

En temps normal si on recherche le processus ssh avec grep on obtient une ligne incluant le processus de recherche grep :

ps axu | grep ssh
dude      1777  0.0  0.0   3324   824 pts/4    S+   12:29   0:00 grep ssh
root      5332  0.0  0.1   5500   988 ?        Ss   Jan06   0:00 /usr/sbin/sshd

En effet les [] ne sont interprétés que par grep, et ne matchent plus la recherche.

Pour supprimer cette ligne parasite :

ps axu | grep [s]sh
root      5332  0.0  0.1   5500   988 ?        Ss   Jan06   0:00 /usr/sbin/sshd

source : commandlinefu

  • compter le nombre de lignes d'un fichier : grep -c ^ FIC (marche aussi avec $ ou “”)

grpck

grpck vérifie la cohérence et l'intégrité des données des groupes (c'est le pendant de pwck).

gunzip

Permet de décompresser un fichier compressé avec la commande gzip (.gz).

gunzip -d fichier.gz
 
# pour extraire le contenu du fichier et l'afficher sur la sortie standard : 2 façons
cat toto.gz | gunzip
gunzip -cd fichier.gz

gzcat est un alias souvent utilisé :

alias gzcat='gunzip -cd'

gzip

Est un outil de compression. il transforme un fichier en fichier archive ayant l'extension .gz, par exemple ici on compresse toto.tar :

gzip -9 toto.tar
ls
 toto.tar.gz

On obtient automatiquement un .tar.gz (le fichier .tar sera compressé et renommé) ; l'option -9 indique le degré de compression.

Pour décompresser un fichier, voir gunzip.

Affiche les 10 premières lignes d'un fichier.

head ~/.bash_history

-n <nb> spécifie le nombre de lignes à afficher

help

Affiche la liste des commandes internes et leur syntaxe. help <cmd> affiche l'aide d'une <cmd> particulière.

history

Permet d'afficher l'historique des commandes saisies dans un terminal :

history
 64  ls -la
 65  pwd
 66  cd /
 67  cd etc
 68  echo 'toto'
 69  history

On peut relancer une commande de l'historique en saisissant ! suivi de son numéro :

!65
 pwd
 /etc

On peut également relancer la dernière commande avec !! :

!!
 pwd
 /etc

Pour relancer la dernière commande commençant par p, on utilise :

!p
 pwd
 /etc

On efface l'historique avec history -c.

On peut loguer (dans /var/log/messages) l'historique des commandes saisies par un utilisateur en ajoutant dans son .bashrc cette ligne :

PROMPT_COMMAND='history -a >(logger -t "$SHELL: $USER[$PWD] $SSH_CONNECTION")'
 
# vérification
tail -1 /var/log/messages
Feb  7 18:22:45 vdeb7 /bin/bash: dude[/home/dude]: history

host

Renvoie l'IP d'un nom d'hôte en paramètre :

host toto
toto has address 192.168.0.1

Pour lister les IPs d'une liste de machines située dans un fichier liste.txt :

while read n; do host $n; done < liste.txt
toto has address 192.168.0.1
titi has address 192.168.0.2

hostname

Cette commande sans paramètre renvoie le nom de la machine ; suivi d'une chaine de caractère elle modifie le nom de la machine.

toto:$ hostname
 toto
toto:$ hostname titi
titi:$

Il faut éditer /etc/hostname pour changer le nom de la machine pour le prochain reboot.

Pour prendre en compte le changement :

/etc/init.d/hostname.sh
/etc/init.d/sysklogd restart

puis se reloger.

Avec le paramètre -i, la commande renvoie l'adresse IP de la machine :

hostname -i
 ymir

id

Affiche l'uid (user id) ainsi que le gid (group id) et la liste des groupes auxquels appartiennet l'utilisateur courant.

Si elle est suivi d'un nom d'utilisateur, la commande affiche ces information sur l'utilisateur en question.

id root
 uid=0(root) gid=0(root) groupes=0(root)

ifup/ifdown

ifup et ifdown sont des script dépendant de la distribution, qui servent à activer/désactiver une interface :

ifup eth0

équivaut (normalement) à :

ifconfig eth0 up

Pour relancer le service réseau sous Debian :

/etc/init.d/networking restart

et sous Redhat :

service network restart

ifconfig

Sert à contrôler et diagnostiquer le réseau sur la machine.

  • configurer l'adresse IP static de la carte réseau
ifconfig eth0 192.168.0.2 netmask 255.255.255.0 broadcast 192.168.0.255

Pour activer le DHCP (adressage automatique) :

dhclient eth0

Pour le prendre en compte au prochain démarrage, éditer le fichier :

  • /etc/network/interfaces sous Debian
  • /etc/sysconfig/network et/ou /etc/sysconfig/network-script/ifcfg.eth0 sous Redhat
  • /etc/sysconfig/network-script/ifcfg-eth0 sous NetBSD

et mettre quelque chose qui ressemble à ça, c'est assez parlant :

iface eth0 inet static
 address 192.168.0.2
 netmask 255.255.255.0
 network  192.168.0.0
 gateway 192.168.0.2
 post-up /usr/bin/ethtool eth0 -s speed 100 duplex full autoneg off

(pour le DHCP il suffit de saisir iface eth0 inet dhcp à la place)

Pour ajouter automatiquement des routes lorsque une interface réseau devient active ou inactive, on utilise la règle post-up du fichier /etc/network/interfaces :

allow-hotplug eth1
iface eth1 inet dhcp
 post-up route add -net 42.42.42.0 netmask 255.255.255.0 gw 192.168.1.1
 down route del -net 42.42.42.0 netmask 255.255.255.0 gw 192.168.1.1

(source : http://www.noplay.net/Ajouter-des-routes-au-chargement-d.html)

  • pour supprimer l'adresse IP d'une interface :
ip address del w.x.y.z dev ethX

Cela fait la modif à chaud, sans redémarrer l'interface.

  • pour restaurer la configuration par défaut d'une interface :
ifconfig ethX default

Diagnostique

On lance la commande ifconfig seule (ou avec -a) pour lister, toutes les interfaces, ou suivi d'un nom d'interface particulier :

ifconfig eth0
eth0      Link encap:Ethernet  HWaddr AA:BB:CC:DD:EE:FF  
          inet adr:10.1.2.201  Bcast:10.1.255.255  Masque:255.255.0.0
          adr inet6: fe80::aabb:ccff:fedd:eeff/64 Scope:Lien
          UP BROADCAST RUNNING MULTICAST  MTU:1500  Metric:1
          RX packets:110602292 errors:0 dropped:0 overruns:0 frame:0
          TX packets:75188627 errors:0 dropped:0 overruns:0 carrier:0
          collisions:0 lg file transmission:1000 
          RX bytes:34256601697 (31.9 GiB)  TX bytes:78967426849 (73.5 GiB)
          Interruption:17 

Le retour indique, par ligne :

  • le type de lien (Link encap) et l'adresse MAC de l'interface (HWaddr)
  • l'adresse IP (inet adr), de broadcast et le masque réseau
  • l'adresse IPv6 et son domaine de validité (scope)
  • l'état de l'interface (ici UP, qui indique que l'interface est activée et possède le couche réseau (3)), {BROAD|MULTI}CAST pour indiquer que le lien accepte le {broad|multi}cast, RUNNING (le driver de l'interface est chargé et a initialisé l'interface), et la taille de la MTU (Maximim Transmission Unit = la taille max des paquets transportés par la couche 2 (accès réseau), à savoir Ethernet)
  • les compteurs de paquets de l'interface en réception et transmission (RX et TX) ainsi que les fails de type :
    • errors : somme de tous les paquet en erreurs (erreurs CRC, paquets trop petits ou trop grands (runts/giants en terminologie Cisco), trame non alignée, etc… )
    • dropped : paquets droppés (cause = un mauvais tag de VLAN ou un paquet IPv6 quand le système ne le gère pas)
    • overruns : dépassement du buffer de l'interface
    • frame : trame non alignée = paquets dont la taille n'est pas divisible par 8, qui sont donc rejetés
    • carrier : perte du signal pendant l'émission d'une trame
    • collision : nombre de collision détectées (voir fonctionnement du CSMA/CD)
  • le volume de données reçues et envoyées (RX et TX bytes), exprimé en bytes puis en gibibit (oui gibi, voir ici)
  • Le numéro d'interruption de la carte réseau, attribué par le système

source : http://blog.hyfather.com/blog/2013/03/04/ifconfig/

info

Affiche les informations sur une commande (relativement similaire à la commande man) :

info ls

ip

Couteau suisse réseau, il permet de configurer les paramètres ip d'une interface réseau.

ip addr show
 1: lo: <LOOPBACK,UP> mtu 16436 qdisc noqueue
     link/loopback 00:00:00:00:00:00 brd 00:00:00:00:00:00
     inet 127.0.0.1/8 brd 127.255.255.255 scope host lo
     inet6 ::1/128 scope host
        valid_lft forever preferred_lft forever
 2: eth0: <BROADCAST,MULTICAST,UP> mtu 1500 qdisc pfifo_fast qlen 1000
     link/ether 00:0b:cd:0a:ad:31 brd ff:ff:ff:ff:ff:ff
     inet 132.166.99.1/24 brd 132.166.99.255 scope global eth0
 3: eth1: <BROADCAST,MULTICAST> mtu 1500 qdisc pfifo_fast qlen 1000
     link/ether 00:0b:cd:0a:ad:30 brd ff:ff:ff:ff:ff:ff

ipcs

ipcs affiche les information sur l'usage des ressources IPC.

# afficher la liste des sémaphores
ipcs -s

ipcrm

ipcrm permet de supprimer une file de messages, un jeu de sémaphore ou un segment de mémoire partagée.

ipcrm -s <id_sem>

iptables

Principe

Netfilter_principe

Les options

Option : 	Description :
-A 	Append (ajoute)
-D 	Delete (efface)
-I 	Insert (insère)
-R 	Replace (remplace)
-L 	List (liste)
-F 	Efface toutes les règles dans la ou les chaînes
-Z 	Remet les compteurs à zéro dans une ou plusieurs chaînes
-C 	Teste ce paquet sur une chaîne
-N 	Crée une chaîne définie par l'utilisateur
-X 	Efface une chaîne définie par l'utilisateur
-P 	Change le comportement d'une chaîne sur une cible
-E 	Change le nom d'une chaîne
-p 	Protocole
-s 	Adresse/masque de source
-d 	Adresse/masque de destination
-i 	Nom d'entrée (nom ethernet)
-o 	Nom de sortie (nom ethernet)
-j 	Saute (cible de règle)
-m 	Correspondance étendue (peut utiliser des extensions)
-n 	Sortie numérique de ports et d'adresses
-t 	Table à manipuler
-v 	Mode bavard
-x 	Vérifications étendues (affiche les valeurs exactes)
-f 	Prends uniquement en compte le second fragment ou ceux d'après
-V 	Version du paquet
--line-numbers 	Affiche les numéros de ligne

Les extensions

Module  	Description  	Options étendues
mac 	Vérifie que l'extension correspond pour les paquets entrants sur une adresse mac. 	--mac-source
state 	Active l'inspection des états 	--state (les états sont ESTABLISHED,RELATED, INVALID, NEW)
limit 	Définit une limite sur le flux 	--limit, --limit-burst
owner 	Essaie de trouver des correspondances dans le créateur du paquet 	--uid-owner userid --gid-owner groupid --pid-owner processid --sid-owner sessionid
unclean 	Plusieurs tests de vérification aléatoires du bon état des paquets

Redirection

Exemple de redirection du trafic HTTP vers un serveur mandataire (port 3128) :

iptables -t nat -A PREROUTING -p tcp --dport 80 -j DNAT --to proxyhost:3128
iptables -t nat -A PREROUTING -p tcp --dport 443 -j DNAT --to proxyhost:3128

Exemples

Ajoute en première position de la table INPUT :

iptables -I INPUT 1 -p tcp --dport 1165 -j ACCEPT

On accepte les paquets TCP à destination du port 1165

Lister les règles en place [dans la table INPUT uniquement] :

iptables -L [INPUT] -n

On peut utiliser l'option -v pour un mode plus verbeux (affiche les connexions actives).

Liens

jobs

Affiche la liste des jobs du terminal (voir aussi bg et fg).

Exemple : je lance 2 sleep (sans jeu de mot) que j'interrompe avec un ctrl+z, et je liste les jobs du terminal :

sleep 10

 [1]+  Stopped                 sleep 10
sleep 12

 [2]+  Stopped                 sleep 12

Les 2 commandes sont interrompues ; si je veux continuer le sleep 12 en le plaçant en avant-plan grâce à son “numéro de job” :

jobs
 [1]-  Stopped                 sleep 10
 [2]+  Stopped                 sleep 12
fg %2
 sleep 12

Il ne reste plus que le sleep 10 dans la liste des jobs ; je peux le relancer en arrière-plan sans préciser son numéro de job car c'est le seul dans la liste :

jobs
 [1]+  Stopped                 sleep 10
bg
 [1]+ sleep 10 &

kill

Permet d'envoyer un signal à un processus, défini par son PID :

kill -signal <PID>

signal peut être sous forme numérique ou alphabétique ; la liste des signaux peut être affichée avec l'option -l :

kill -l
 1) SIGHUP        2) SIGINT       3) SIGQUIT      4) SIGILL
 5) SIGTRAP       6) SIGABRT      7) SIGEMT       8) SIGFPE
 9) SIGKILL      10) SIGBUS      11) SIGSEGV     12) SIGSYS
 13) SIGPIPE     14) SIGALRM     15) SIGTERM     16) SIGURG
 17) SIGSTOP     18) SIGTSTP     19) SIGCONT     20) SIGCHLD
 21) SIGTTIN     22) SIGTTOU     23) SIGIO       24) SIGXCPU
 25) SIGXFSZ     26) SIGVTALRM   27) SIGPROF     28) SIGWINCH
 29) SIGINFO     30) SIGUSR1     31) SIGUSR2     32) SIGPWR

ainsi kill -9 1000 et kill -SIGKILL 1000 auront le même impact.

NB : sur certains OS, les signaux ne sont pas définis par SIGxx mais xx tout court (SIGKILL → KILL)

killall

Envoyer un signal aux processus dont le nom contient <motif>. Il faut faire attention à l'impact d'une telle commande si mal écrite.

killall rsh

Les options sont les mêmes que la commande kill.

Sur les *BSD, pkill remplace killall.

last

Affiche les dernières connexions (ici les 12 dernières)

last -n 12

lastb

Comme last, mais n'affiche que les mauvais logins.

lastlog

Affiche la liste des utilisateurs du système suivis de la date et l'heure de leur dernière connexion.

lastlog
Utilisateur      Port     Venant de        Dernière
dude             pts/1    is110853.intra.c ven déc 14 15:55:51 +0100 2007
ftp                                        **Jamais connecté**
people           tty6                      mar déc 19 17:40:45 +0100 2006
roro             pts/4    calata           mer sep 12 20:55:57 +0200 2007

ldd

ldd affiche les bibliothèques partagées nécessaires à un exécutable. Exemple pour Firefox :

which firefox
/usr/local/bin/firefox
 
ldd /usr/local/bin/firefox
	linux-gate.so.1 =>  (0x00c14000)
	libpthread.so.0 => /lib/libpthread.so.0 (0x007fe000)
	libdl.so.2 => /lib/libdl.so.2 (0x007ec000)
	librt.so.1 => /lib/librt.so.1 (0x007f3000)
	libstdc++.so.6 => /usr/lib/libstdc++.so.6 (0x0015b000)
	libm.so.6 => /lib/libm.so.6 (0x00996000)
	libgcc_s.so.1 => /lib/libgcc_s.so.1 (0x00aea000)
	libc.so.6 => /lib/libc.so.6 (0x00653000)
	/lib/ld-linux.so.2 (0x00631000)

let

ex : Pour incrémenter z :

let z=z+1
let "z += 1"

ln

Commande pour créer des liens.

Pour créer un lien dur :

ln <fichier_source> <lien>

Pour créer un lien symbolique (~raccourci) :

ln -s <fichier_source> <lien>

locate

Locate est une commande Unix permettant d'indexer et de retrouver facilement des fichiers sur un disque. Alors que la commande find recherche en parcourant le disque, locate utilise une base de données permettant une recherche beaucoup plus rapide ; l'inconvéniant (mineur) étant qu'il faille régulièrement mettre à jour cette base.

La syntaxe est la suivante :

locate fichier

Pour affiner la recherche, on peut utiliser des paramètres :

  • -d chemin pour spécifier une location
  • -i pour ignorer la casse
  • -r regex pour utiliser une expression régulière regex
  • -S affiche des statistiques

Pour mettre à jour la base (sous Debian) :

updatedb

logout

Est la commande pour fermer sa session, dans un terminal login. Le raccourci est ctrl+d.

look

Pour rechercher un mot rapidement dans le dictionnaire (cf aspell), on utilise la commande look.

look jap
 japonais
 japonaise
 japonaises
 jappement
 jappements
 japper

ls

Affiche le contenu d'un dossier ou les infos d'un fichier.

La commande regorge d'options utiles et combinables :

  • -l (long format) : affiche des informations détaillées des fichiers contenus dans le dossier en paramètre.
  • –color : affiche le résultat en couleur
  • -a : affiche les fichiers cachés
  • -p affiche un “/” après les noms de répertoires afin de mieux les identifier
  • -t (time) classe les résultats par date de dernière modification
  • -r (reverse) inverse le classement des résultats
ls -lp
total 1728
-rw-r--r--  1 dude dude        4930 2006-11-08 11:34 buf_stag.txt
drwxr-xr-x  2 dude dude        4096 2006-02-17 18:58 Desktop/
drwxr-xr-x  3 dude dude        4096 2006-10-21 21:08 dl/
drwx------  2 dude dude        4096 2006-10-19 14:53 Mail/
-rw-------  1 dude dude       91952 2006-11-07 14:38 mbox
drwxr-xr-x  2 dude dude        4096 2006-09-25 11:43 public_html/
-rw-------  1 dude dude         354 2006-10-20 10:27 sent
-rw-r--r--  1 dude dude         140 2006-09-12 02:00 uptime_tiga.txt
drwxr-xr-x 20 dude dude        4096 2006-02-22 02:52 vlc-0.8.4a/##

Il est conseillé de faire des alias pour ne pas avoir à saisir les options les plus utilisées. Par exemple si on utilise bash, on édite le fichier de préférence ~/.bashrc et on ajoute :

alias ll='ls -l --color'
alias la='ls -a --color'
alias l='ls -p --color'

(ces alias sont souvent déjà présents dans la plupart des distributions Linux).

Puis on relance le terminal.

lsblk

lsblk permet de lister les périphériques de type bloc, c'est-à-dire les supports de stockage.

lsblk
NAME                 MAJ:MIN RM  SIZE RO TYPE  MOUNTPOINT
sda                    8:0    0  2,7T  0 disk  
└─sda1                 8:1    0  2,7T  0 part  
  └─md127              9:127  0  8,2T  0 raid5 
    └─vgmd1-lvmd1    252:3    0  8,2T  0 lvm   /m/d
sdb                    8:16   0  2,7T  0 disk  
└─sdb1                 8:17   0  2,7T  0 part  
  └─md127              9:127  0  8,2T  0 raid5 
    └─vgmd1-lvmd1    252:3    0  8,2T  0 lvm   /m/d
sdc                    8:32   0  2,7T  0 disk  
└─sdc1                 8:33   0  2,7T  0 part  
  └─md127              9:127  0  8,2T  0 raid5 
    └─vgmd1-lvmd1    252:3    0  8,2T  0 lvm   /m/d
sdd                    8:48   0  2,7T  0 disk  
└─sdd1                 8:49   0  2,7T  0 part  
  └─md127              9:127  0  8,2T  0 raid5 
    └─vgmd1-lvmd1    252:3    0  8,2T  0 lvm   /m/d
sde                    8:64   0 59,6G  0 disk  
├─sde1                 8:65   0  487M  0 part  /boot
├─sde2                 8:66   0    1K  0 part  
└─sde5                 8:69   0 59,2G  0 part  
  ├─ymir2--vg-root   252:0    0 57,2G  0 lvm   /
  └─ymir2--vg-swap_1 252:1    0    2G  0 lvm   
    └─cryptswap1     252:2    0    2G  0 crypt [SWAP]

lshw

Pour lister le hardware de la machine.

lsmod

Affiche le statut des modules du noyau Linux.

lsof

List open files ; permet de lister tous les fichiers ouverts sur le système avec différentes informations dessus (ouverts par quel processus, quel utilisateur, etc).

  • lsof -i indique les processus de type internet
  • lsof -ni tcp:25 liste les processus de type internet utilisant du TCP sur le port 25
  • lsof /dev/hda1 liste les fichiers ouvert sur /dev/hda1

lspci

Permet de lister les matériels connecté sur l'ordinateur :

lspci
 0000:00:00.0 Host bridge: nVidia Corporation nForce2 AGP (different version?) (rev a2)
 0000:00:00.1 RAM memory: nVidia Corporation nForce2 Memory Controller 1 (rev a2)
 0000:00:00.2 RAM memory: nVidia Corporation nForce2 Memory Controller 4 (rev a2)
 0000:00:00.3 RAM memory: nVidia Corporation nForce2 Memory Controller 3 (rev a2)
 0000:00:00.4 RAM memory: nVidia Corporation nForce2 Memory Controller 2 (rev a2)
 0000:00:00.5 RAM memory: nVidia Corporation nForce2 Memory Controller 5 (rev a2)
 0000:00:01.0 ISA bridge: nVidia Corporation nForce2 ISA Bridge (rev a3)
 0000:00:01.1 SMBus: nVidia Corporation nForce2 SMBus (MCP) (rev a2)
 0000:00:02.0 USB Controller: nVidia Corporation nForce2 USB Controller (rev a3)
 0000:00:02.1 USB Controller: nVidia Corporation nForce2 USB Controller (rev a3)
 0000:00:02.2 USB Controller: nVidia Corporation nForce2 USB Controller (rev a3)
 0000:00:04.0 Ethernet controller: nVidia Corporation nForce2 Ethernet Controller (rev a1)
 0000:00:06.0 Multimedia audio controller: nVidia Corporation nForce2 AC97 Audio Controler (MCP) (rev a1)
 0000:00:08.0 PCI bridge: nVidia Corporation nForce2 External PCI Bridge (rev a3)
 0000:00:09.0 IDE interface: nVidia Corporation nForce2 IDE (rev a2)
 0000:00:1e.0 PCI bridge: nVidia Corporation nForce2 AGP (rev a2)
 0000:01:07.0 Ethernet controller: 3Com Corporation 3c905C-TX/TX-M [Tornado] (rev 6c)
 0000:02:00.0 VGA compatible controller: nVidia Corporation NV18 [GeForce4 MX - nForce GPU] (rev a3)

Pour avoir plus d'infos sur un matériel (certaines options ne sont visibles que par le root) :

lspci -v -s 02:00.0
 0000:02:00.0 VGA compatible controller: nVidia Corporation NV18 [GeForce4 MX - nForce GPU] (rev a3) (prog-if 00 [VGA])
      Subsystem: Micro-Star International Co., Ltd.: Unknown device 5710
      Flags: bus master, 66MHz, medium devsel, latency 32, IRQ 12
      Memory at e0000000 (32-bit, non-prefetchable) [size=16M]
      Memory at d8000000 (32-bit, prefetchable) [size=64M]
      Memory at dc000000 (32-bit, prefetchable) [size=512K]
      Expansion ROM at dc080000 [disabled] [size=128K]
      Capabilities: [60] Power Management version 2
      Capabilities: [44] AGP version 2.0

(voir aussi setpci)

mail

Pour envoyer des mails en mode texte.

Exemple:

mail -s "Objet du mail" toto@titi.com <<END
>salut,
>
>test de mail
>sur plusieurs lignes
>END

Ou non interactif (en utilisant un fichier source) :

mail -s "Test de mail" toto@titi.com < mail.txt -- -f tutu@tata.fr -F 'Monsieur tutu'

Ici on utilise les options :

  • -f (from) pour donner spécifier l'adresse de l'expéditeur du mail.
  • -F pour spécifier le nom de la personne qui envoie le mail.

man

Commande permettant d'accéder à l'aide des commandes. Par exemple man ls permet d'afficher la page de manuel concernant la commande ls.

On utilise les flèches haut/bas pour changer de ligne, page up/page down (ou espace) pour changer de page, et q pour quitter.

Les paramètres :

  • -k <texte> permet d'afficher toutes les pages de l'aide qui contiennent <texte> dans leur nom ou leur description.
  • -K <texte> affiche les pages qui contienne <texte>

ex :

man -k fat
 apropos fat
 fs (5)               - Linux filesystem types: minix, ext, ext2, ext3, xia, msdos, umsdos, vfat, proc, nfs, iso9660, hpfs, sysv, smb, ncpfs
 mbadblocks (1)       - tests a floppy disk, and marks the bad blocks in the FAT
 mshowfat (1)         - shows FAT clusters allocated to file

Les chiffres entre paranthèses indiquent les sections du manuel qui nous concernent. Pour consulter une section, par exemple la 5 de fs :

man 5 fs

mii-tool

Utilitaire qui ressemble à ethtool

mii-tool
 eth0: negotiated 100baseTx-FD flow-control, link ok
 eth1: negotiated 100baseTx-FD flow-control, link ok

mkfifo

Permet de créer un tube nommé (un “pipe”). On peut préciser les permissions avec l'option -m suivi des droits en décimal (comme chmod) :

mkfifo -m 600 toto.fifo
 
ll toto.fifo
prw------- 1 gaspard writer 0  5 janv. 14:31 toto.fifo

Les pipes apparaissent avec le flag “p” dans un ls.

mktemp

Permet de générer un fichier temporaire avec un nom aléatoire. Par défaut le fichier est créé dans le répertoire temporaire du système ($TMPDIR ou, à défaut, /tmp), et la commande renvoie le chemin absolu du fichier créé sur la sortie standard :

mktemp
/tmp/tmp.XAmxhsyFzl

On peut forcer le format du nom de fichier en donnant le nom incluant au moins 3 “XXX”, qui seront remplacés par une chaine aléatoire :

mktemp toto.XXX
/tmp/toto.XAm

Autres paramètres :

  • -p permet de spécifier le répertoire dans lequel créer le fichier temporaire
  • -d permet de créer un répertoire à la place d'un fichier

modconf

Outil permettant de configurer les modules matériels (drivers) utilisés par le noyau de votre système.

mount

mount permet de monter des systèmes de fichier dans l'arborescence. Le fichier /etc/fstab contient les déclaration des montage habituels et nécessaires au système d'exploitation :

cat /etc/fstab
# Périphérique   Point de montage FS type    Options
 /dev/hda8       /                ext3       defaults,errors=remount-ro 0 1
 /dev/hda6       /sav             ext3       defaults,user   0 2
 /dev/hda7       none             swap       sw              0 0
 /dev/hdc        /mnt/cdrom       iso9660    ro,user,noauto  0 0
 /dev/hda5       /mnt/e           vfat       defaults,user,uid=1000  0 0
 /dev/hdb2       /mnt/i80         ext3       defaults,user   0 2
 //dude/g        /mnt/dude_g      smbfs      username=<user>,password=<pwd>,gid=ftpusers,dmask=755 0 0

Il faut noter que le dmask (directory mask) et le fmask (file mask) remplace le unmask traditionnel (utilisé pour gérer les droits des fichiers samba). umask=022 correspond à unmask=755

Quelques équivalents en ligne de commande :

  • mount -t vfat /dev/hda5 /mnt/e
  • mount -t smbfs -o username=rezo,password=rez0 //dude/g /mnt/dude_g

Pour démonter une partition :

  • umount /mnt/e ou umount /dev/hda5

En cas de problème au démontage (umount: /mnt/cdrom: device is busy par exemple) voici quelques pistes :

  • lsof | grep /mnt/cdrom pour lister les applications bloquant la ressource
  • fuser /mnt/cdrom fait la même chose (l'option -k permet de killer directement le(s) processus)
  • umount -f /mnt/cdrom ou umount -l /mnt/cdrom pour, respectivement, forcer le démontage ou faire un démontage paresseux.

Pour monter une sous-arborescence d'une partition déjà montée (c'est utile par exemple pour émuler des liens symboliques, invisibles par ftp, ou pour ne pas modifier le système de fichiers) on utilise l'option --bind :

  • mount --bind /mnt/dude_g/dl/mp3 /sav/mp3

(le dossier /sav/mp3 doit exister)

Pour automatiser le montage d'une sous arborescence au démarrage, on va écrire un script :

vi /etc/init.d/mount_mp3
 #!/bin/bash
 echo Montage de www sur /home/votreutilisateur/www
 mount --bind /var/www /home/votreutilisateur/www

et le lancer au démarrage :

chmod +x mount_mp3
update-rc.d mount_mp3 defaults

NB : Si la machine qui partage des fichiers redémarre, le point de montage devient invalide. Il faudra le détecter automatiquement, démonter puis remonter le partage.

netcat

Permet de créer des sockets comme client (netcat mon_serveur.fr 200) ou comme serveur (netcat -l -p 80) :

  • netcat -t ns213.186.xx.xx 23 Se comporte comme un client telnet
  • netcat -l -p 23 > espionne.log Ecoute sur le port 23 (telnet) et enregistre dans espionne.log tout ce qui est tapé par le client.
  • netcat -l -p 23 < mes_commandes Exécute les commandes qui sont dans mes_commandes.
  • netcat -l -p 23 -e ma_commande Exécute la commande après connexion.
  • netcat -vv la_machine_a_scanner 1-100 Permet de lancer un scan sur des machines distantes.
  • netcat -vv -z -i 10000 -r 127.0.0.1 1-200 Permet de scanner aléatoirement les ports de 1 à 100 avec un time out. On évite la détection.
  • Créer un automate qui renvoie au client tout ce que ce dernier envoie dans la socket :

côté serveur :

mkfifo /tmp/backpipe
nc -l 3333 < /tmp/backpipe | cat 1> /tmp/backpipe

côté client (ici le client tape la commande, puis “écho” dans son prompt) :

nc 127.0.0.1 3333
écho
écho

… et, pour afficher un compteur d'octets transitant par notre socket (côté serveur dans cet exemple), on peut utiliser l'utilitaire Pipe viewer (il faut l'installer via aptitude) :

aptitude install pv
[..]
 
mkfifo /tmp/backpipe
nc -l 3333 < /tmp/backpipe | pv -b | cat 1> /tmp/backpipe
  • autre exemple d'utilisation de netcat : “émuler” un serveur web

côté client :

echo -n "GET / HTTP/1.0\r\n\r\n" | nc host.example.com 80

côté serveur

{ echo -ne "HTTP/1.0 200 OK\r\nContent-Length: $(wc -c <some.file)\r\n\r\n"; cat some.file; } | nc -l 8080

netstat

Couteau suisse de l'administrateur réseau : affiche les connexions réseau, la table de routage, les statistiques des interfaces, les connexions masquées, les messages netlink, et les membres multicast.

Quelques exemples d'utilisation :

  • netstat -rn affiche la table de routage (-r), sans résolution de nom (numérique, -n)
  • netstat -natp affiche toutes les connexions (-a) tcp (-t) en numérique (-n) en indiquant le processus qui utilise chaque socket (-p)
  • netstat -ntl liste les ports ouverts (listen)
  • netstat -s permet d'afficher les statistiques réseau de la machine (les compteurs IP, de connections TCP ou UDP)

nslookup

Permet d'interroger un serveur DNS afin d'obtenir des informations sur un domaine ou sur une machine :

nslookup google.fr
 Server:         127.0.0.1
 Address:        127.0.0.1#53
 
 Non-authoritative answer:
 Name:   google.fr
 Address: 216.239.59.104
 Name:   google.fr
 Address: 66.249.93.104
 Name:   google.fr
 Address: 72.14.221.104

Cet outil est “désuet” ; dig le remplace et est plus complet.

passwd

(ou yppasswd) permet de changer le mot de passe du login courant. Il faut connaitre l'ancien mot de passe pour en définir un nouveau.

Le root peut changer le mot de passe de n'importe quel utilisateur :

passwd user

paste

Coller séquentiellement les lignes correspondantes de chaque fichier fourni en paramètre, séparé par des tabulations, vers la sortie standard.

paste toto titi

ping

Permet d'envoyer une requête ICMP echo-request vers la machine spécifiée en argument, afin de vérifier la connectivité. Le ping permet également de connaître le RTT (délais aller-retour du paquet). Sous Linux la commande se répète à l'infini (par défaut), il faut sortir avec un ^C (ctrl+c).

ping google.com
 PING google.com (74.125.127.100) 56(84) bytes of data.
 64 bytes from pz-in-f100.google.com (74.125.127.100): icmp_seq=1 ttl=44 time=177 ms
 64 bytes from pz-in-f100.google.com (74.125.127.100): icmp_seq=2 ttl=44 time=176 ms
 64 bytes from pz-in-f100.google.com (74.125.127.100): icmp_seq=3 ttl=44 time=174 ms
 ^C
 --- google.com ping statistics ---
 3 packets transmitted, 3 received, 0% packet loss, time 2010ms
 rtt min/avg/max/mdev = 174.353/176.162/177.575/1.429 ms

Options avancées

  • ping -c 5 (count) : permet de limiter le nombre de ping envoyé(s) (ici 5)
  • ping -i 2 (interval) : pour spécifier l'intervalle de temps (en seconde) entre 2 pings successifs. Par défaut c'est 1 seconde ; seul le root peut descendre en dessous de 200ms (0.2), pour éviter le flood.
  • ping -I eth1 (Interface) : permet de spécifier l'interface de sortie du ping (ici l'interface eth1, mais on peut aussi préciser une adresse IP source de la machine, la table de routage fera le reste)
  • ping -M do -s 1472 : l'option -M permet de préciser la stratégie de découverte de la MTU ; do pour empêcher la fragmentation du paquet (bit DF=1), want pour activer la MTU-path-discovery et dont pour ne pas spécifier le flag DF (=0). Cette commande permet donc de vérifier la taille de la MTU entre la source et la destination du PING.
  • ping -n (numeric) = pas de résolution de nom dans les résultats de la commande (plus rapide)
  • ping -q (quiet) : seul la ligne de résumé est affichée, pas les pings successifs
  • ping -s 1472 (packetsize) : permet de spécifier la taille du payload (en octet) du paquet (auquel il faut ajouter 8 octets d'entête ICMP, 20 d'entête IP et 18 d'entête Ethernet. 1472 + 8 + 20 + 18 = 1518, la taille maximum d'un segment TCP). Cela sert souvent à tester la fragmentation des paquets.
  • ping -t 1 (ttl) permet de spécifier le TTL (Time To Live) des paquets envoyés. Un TTL=1 comme ici permet de s'arrêter au premier hop (=routeur) (on rester dans le réseau commuté)
  • ping -v (verbose) ping verbeux
  • ping -w 2 -c 3 (deadline)) détermine le temps au bout duquel la commande ping rend la main, indifféremment du nombre de pings envoyés. dans cet exemple la commande va rendre la main au bout de 2 secondes, sans avoir envoyer les 3 pings demandés.
  • ping -W (timeout) : permet de spécifier, en seconde, le temps d'attente maximum d'une réponse à un ping (si la machine d'en face met trop de temps à répondre). Par défaut, il vaut 2 RTTs.

pmap

Affiche la consommation mémoire et les fichiers ouverts par le processus de PID 30213 :

pmap -d 30213
30213:   bash
Address   Kbytes Mode  Offset           Device    Mapping
08048000     664 r-x-- 0000000000000000 009:00000 bash
080ee000      20 rw--- 00000000000a6000 009:00000 bash
080f3000      20 rw--- 00000000080f3000 000:00000   [ anon ]
08177000    1096 rw--- 0000000008177000 000:00000   [ anon ]
b7c4d000      28 r--s- 0000000000000000 009:00000 gconv-modules.cache
b7c54000      40 r-x-- 0000000000000000 009:00000 libnss_files-2.7.so
b7c5e000       8 rw--- 0000000000009000 009:00000 libnss_files-2.7.so
b7c60000      36 r-x-- 0000000000000000 009:00000 libnss_nis-2.7.so
b7c69000       8 rw--- 0000000000008000 009:00000 libnss_nis-2.7.so
b7c6b000      84 r-x-- 0000000000000000 009:00000 libnsl-2.7.so
b7c80000       8 rw--- 0000000000014000 009:00000 libnsl-2.7.so
b7c82000       8 rw--- 00000000b7c82000 000:00000   [ anon ]
b7c84000      28 r-x-- 0000000000000000 009:00000 libnss_compat-2.7.so
b7c8b000       8 rw--- 0000000000006000 009:00000 libnss_compat-2.7.so
b7c8d000    1256 r---- 0000000000000000 009:00000 locale-archive
b7dc7000       4 rw--- 00000000b7dc7000 000:00000   [ anon ]
b7dc8000    1364 r-x-- 0000000000000000 009:00000 libc-2.7.so
b7f1d000       4 r---- 0000000000155000 009:00000 libc-2.7.so
b7f1e000       8 rw--- 0000000000156000 009:00000 libc-2.7.so
b7f20000      16 rw--- 00000000b7f20000 000:00000   [ anon ]
b7f24000       8 r-x-- 0000000000000000 009:00000 libdl-2.7.so
b7f26000       8 rw--- 0000000000001000 009:00000 libdl-2.7.so
b7f28000     188 r-x-- 0000000000000000 009:00000 libncurses.so.5.7
b7f57000      12 rw--- 000000000002f000 009:00000 libncurses.so.5.7
b7f5e000       8 rw--- 00000000b7f5e000 000:00000   [ anon ]
b7f60000       4 r-x-- 00000000b7f60000 000:00000   [ anon ]
b7f61000     104 r-x-- 0000000000000000 009:00000 ld-2.7.so
b7f7b000       8 rw--- 000000000001a000 009:00000 ld-2.7.so
bf968000      84 rw--- 00000000bffeb000 000:00000   [ stack ]
mapped: 5132K    writeable/private: 1324K    shared: 28K

pr

pr permet de mettre en forme des fichiers texte pour l'impression.

Paramètres principaux :

  • --columns=<NB> : définir le nombre de colonne en sortie
  • -h <TITRE> : affiche un titre en tête de page, à la place du nom de fichier
  • -l <NB_LIGNE> : définit le nombre de lignes de la page (par défaut 66)
  • -n : affiche les numéros de ligne
  • -w <NB_CAR> : définit le nombre de caractère de chaque ligne (par défaut 72)

Exemple :

ls | pr -n

ps

Affiche la liste des processus :

  • ps aux : afficher tous les processus
  • ps -ef : à peu près pareil
  • ps U <user> afficher tous les processus lancés par <user>

Les options annexes :

  • -w permet un affichage long (wide) afin que l'affichage des noms des processus ne soient pas coupés
  • -C <nom du processus> pour n'afficher que les lignes qui match ledit processus
  • -l affichage en long format

Pour afficher des champs personnalisés, on utilise le paramètre o puis on liste les colonnes à afficher ; on peut définir leur taille en les suffixant par :<taille> :

ps -o "%p %r %y %x %n %c %a"                                                                                       
  PID  PGID TTY          TIME  NI COMMAND         COMMAND
20406 20406 pts/13   00:00:00  19 burn.sh         /bin/sh ./burn.sh 2 1000000
 
ps axo ruser:8,euser:8,pid,comm,%cpu,%mem,state,tty,nice
RUSER        EUSER          PID COMMAND         %CPU %MEM S TT        NI
root         root             1 systemd          0.0  0.0 S ?          0

pstree

pstree permet d'afficher l'arborescence, à la façon de tree pour les répertoires, des processus en cours d'exécution.

pushd/popd/dirs

pushd, popd et dirs sont des commandes spécifiques à bash ; elles permettent de contrôler une pile de noms de répertoires successifs, afin d'y revenir plus facilement (fonctionnement LIFO, Last In First Out) :

  • pushd <REPERTOIRE> permet de se rendre dans REPERTOIRE et de l'empiler
  • popd permet de revenir au dernier répertoire enregistré par pushd ; puis le dépile.
  • dirs permet de lister le contenu de la pile de répertoires

Exemple d'utilisation :

# état initial : on est dans notre home
# et la pile est vide (elle ne contient que le répertoire courant)
$ pwd
/home/toto
$ dirs
~
 
# on change de répertoire (et on l'empile)
$ pushd /tmp
/tmp ~
 
# on change encore de répertoire (et on l'empile à nouveau)
$ pushd /var/log
/var/log /tmp ~
 
# on retourne dans le précédent répertoire, et on le dépile
$ popd
/tmp ~
 
# on retourne à la case départ
$ popd
~

pwck

pwck vérifie l´intégrité des fichiers de mots de passe. Il vaut mieux le lancer en root car il doit accéder notamment à /etc/passwd et /etc/shadow.

Affiche la valeur d'un lien symbolique ou le nom canonique d'un fichier (c'est-à-dire son chemin absolu + son nom de fichier).

readlink -f toto.sh
/tmp/toto.sh

C'est l'équivalent (en plus compatible) de la commande bash realpath.

Dans un script, pour n'afficher que son chemin absolu, utiliser dirname $(readlink -f $0) (ou, en bash, dirname $(realpath $0) )

reset

Permet de réinitialiser le terminal, notamment quand on affiche un binaire qui provoque des affichages bizarres.

rev

Permet d'inverser l'ordre des caractères des lignes d'un fichier ou d'un flux.

echo 'tito' | rev
 otit

route

Permet de contrôler la table de routage de la machine.

  • Pour voir la table de routage actuelle :
route -n

… qui équivaut à netstat -rn, commande plus universelle.

  • Ajouter l'adresse de la passerelle (gw ou gateway cela dépend)
route add default gw 192.168.0.1 netmask 255.255.255.0
  • Ajouter un host :
route add -host 195.98.246.28 gateway 192.168.0.1
  • Ajouter un réseau :
route add -net 195.98.246.0 netmask 255.255.0.0 gateway 192.168.0.1
route add -net 192.168.100.0/24 gw 192.168.0.253
  • Pour supprimer une route :
route del default
route del -net 192.56.76.0 netmask 255.255.255.0 dev eth0
route del -net 192.168.100.0/24 -gw 192.168.0.253
  • Pour ajouter un DNS, il faut agir sur le fichier /etc/resolv.conf :
echo "nameserver 193.252.19.3" >> /etc/resolv.conf

runlevel

Commande qui affiche le runlevel courant et précédent. S'il n'y a pas de précédent, affiche “N”.

runlevel
 N 3

.. à peu près similaire à la commande who -r.

script

script permet d'enregistrer dans un fichier tout ce qui s'affiche sur un terminal. Par défaut il lance le shell indiqué dans la variable d'environnement $SHELL, et enregistre dans le fichier ./typescript. On quitte donc script quand on quitte le shell (exit ou Ctrl+D).

On peut spécifier les paramètres suivants :

-a (append) : ajouter les données à la fin du fichier (sans l'écraser)
-c <COMMAND> : précise la commande à lancer à la place de $SHELL. Cela peut servir à lancer
    un autre terminal que celui par défaut, ou une session SSH par exemple.
-f (fifo) permet d'écrire en temps réel la sortie du terminal dans le fichier. On peut ainsi
    récupérer la session en temps réel avec un ''tail -f <fichier_de_log>''
-q (quiet) : mode moins verbeux
-t : ajout des informations de timestamp sur la sortie d'erreur standard

sed

Stream EDitor est une commande qui permet d'appliquer différentes transformations prédéfinies à un flux séquentiel de données textuelles.

  • Filtre pour remplacer une IP par X.X.X.X
sed "s/\([0-9]\{1,3\}\.\)\{3\}[0-9]\{1,3\}/X.X.X.X/g"
  • Convertir les minuscules en majuscules (ou inversement)
echo "La PhraSe avec Des LeTTres n'iMpoRte comMEnt" | sed 's/.*/\L&/'
la phrase avec des lettres n'importe comment
# et respectivement 's/.*/\U&/' pour convertir le texte en majuscules

(Le “&” représente le motif qui matche)

  • Ajouter une ligne en début de fichier :
sed -i '1iPremièreLigne' toto.txt

(il s'agit d'un “un” i suivi du texte à insérer)

  • Afficher la 3ème ligne d'un fichier (et sauvegarder le fichier source avec le suffixe “.bck”) :
sed -i".bck" -n '3p' <fichier>
  • Afficher un fichier à partir de la 3ème ligne :
sed -n '3,$p' <fichier>
  • Afficher les lignes de 2 à 5 d'un fichier ; alternative : afficher les lignes de 2 jusqu'à ce qu'une expression régulière matche (dans cet exemple : /sys/)
sed -n '2,5p' <fichier>
sed -n '2,/sys/p' <fichier>
  • supprimer (d) les première lignes du début d'un fichier (0,) jusqu'à un motif (^begin dans cet exemple), et supprimer les dernières lignes depuis un motif (/^end/) jusqu'à la fin du fichier (,$) :
sed -e '0,/^begin/d' -e '/^end/,$d' fichier.txt
  • On peut réutiliser des patterns entre () qui ont matchées avec \1, \2. Par exemple, pour inverser les 3 termes séparés par des virgules :
echo "tata,toto,tutu" | sed 's/\(.*\),\(.*\),\(.*\)/\3,\2,\1/'
   tutu,toto,tata

\1 représente la première pattern entre parenthèses, \2 la seconde et \3 la troisième.

  • Substitution multi-lignes : avec les buffers de sed on peut faire des substitutions de chaines même si elles sont réparties sur plusieurs lignes ; par exemple on veut remplacer la chaine “je pense” par “nous pensons”, même si le “je” et le “pense” sont séparés par plus d'un espace ou par un saut de ligne.
cat fichier.txt
je pense qu'il bluff
je    pense
je
pense
 
sed -e '
N
s/je\([ \n]\{1,\}\)pense/nous\1pensons/g
P
D' fichier.txt
nous pensons qu'il bluff
nous    pensons
nous
pensons

Ici : N indique à sed de lire la ligne d'après, P affiche le résultat, et D supprime la 2nde ligne puisqu'elle a déjà été traitée. On notera qu'on va à la ligne pour chaque commande ; on aurait pu aussi les séparer par un “;” : sed -e 'N;s/je\([ \n]\{1,\}\)pense/nous\1pensons/g;P;D' fichier/txt, mais on perd un peu en lisibilité.

  • Substituer les fins de lignes par un espace
sed '
:s		# étiquette
N		# on ajoute la ligne suivante
s/\n/ /		# on substitue les fins de lignes par un espace
b s		# on se branche à l'étiquette
' fichier.txt
  • Utiliser les variables du shell : sed peut utiliser le contenu de variables du shell dans ses comparaisons ; pour cela on doit les entourer de double quotes et les sortir du simple quote de l'expression régulière du sed. Voyez plutôt : je veux remplacer le texte “titi” par le contenu de ma variable VAR déclarée au préalable :
VAR=test
echo -e "toto\ntiti" | sed s/titi/"$VAR"/
toto
test

# Dans certains cas, on est obligé de conserver les quotes qui entourent l'expression sed ; dans ce cas on procèdera de la sorte :

echo -e "toto\ntiti" | sed 's/titi/'"$VAR"'/'

Insérer de la couleur

Pour mettre de la couleur dans le résultat de la recherche, on utilise le caractère d'échappement \x1b :

echo "toto titi tata" | sed -e 's/titi/\x1b[0;30;47m&\x1b[0m/'
# va surligner titi en gris.

Supprimer le formatage

L'effet inverse du précédente filtre : permet de supprimer le formatage (l'emphase, la couleur du texte ou du background) :

ls --color=y | sed 's/\x1b\[[0-9;]*m//g'

Liens utiles

seq

Affiche une séquence de nombres ; syntaxe = seq [OPTION]… FIRST INCREMENT LAST

Options :

  • -f, –format=FORMAT use printf style floating-point FORMAT
  • -s, –separator=STRING, –separator=STRING ; use STRING to separate numbers (default: \n)
  • -w, –equal-width equalize width by padding with leading zeroes
seq 3
 1
 2
 3
seq -s" " -2 0.5 -1
 -2,0 -1,5 -1,0

set

set -o vi permet de pouvoir utiliser les commandes vi dans le shell.

Dans un script bash, set -- $VAR découpe le contenu de la variable $VAR en série d'argument $1, $2, etc… ; comme pour une ligne de commande.

VAR="un deux trois"
set -- $VAR
echo "$3 $2 $1"
 trois deux un

shuf

shuf (et non pas snuff) permet d'afficher une permutation aléatoire des lignes de son flux d'entrée (pas nécessairement des nombres).

Paramètres :

  • -n X : permet de n'afficher que les X premières lignes du tirage
  • -i X-Y : permet de spécifier un intervalle de nombres qui seront permutés (X la borne inférieure et Y la borne supérieure)
  • -e : permet de traiter chaque paramètre comme un flux d'entrée

Exemple :

  • faire un tirage de 1-2-3 (les 2 lignes sont équivalentes) :
echo -e "1\n2\n3" | shuf
shuf -e 1 2 3
shuf -i 1-3
  • simuler un tirage de l'euro-million :
echo $(shuf -i 1-49 -n 5) - $(shuf -i 1-10 -n 1)

shutdown

Permet d'éteindre le système à un instant donné, à condition d'être root.

  • # shutdown -r now permet de redémarrer (reboot) le système (alias : reboot)
  • # shutdown -h now permet d'arreter (halt) le sytème (alias : halt)

Pour commander un reboot ou un arrêt dans 12 minutes :

shutdown -h +12

ou à heure fixe :

shutdown -h 01:00

Pour annuler (cancel) la planification d'une commande :

shutdown -c

Pour redémarrer et forcer un fsck lors du démarrage :

shutdown -r -F now

sort

sort permet de classer par ordre alphabétique les lignes d'un fichier texte. Si aucun fichier n'est spécifié, sort lit l'entrée standard.

sort fichier.txt
 abc
 def
 ghi

Ceci pose un problème lorsqu'on veut classer des nombres :

echo -e "11\n3" | sort
 11
 3

On aurait voulu qu'il les classe dans l'ordre croissant et non alphabétique. Pour trier les nombres, on utilise le paramètre -n qui précise qu'on veut un tri numérique :

echo -e "11\n3" | sort -n
 3
 11

Paramètres utiles :

  • -n (numeric) : pour trier des nombre dans l'ordre croissant
  • -r (reverse) : pour inverser le tri
  • -u (uniq) : pour supprimer les doublons
  • -i (ignore nonprinting) : ne tient pas compte des espaces, tabulations, …
  • -f (ignore case) : ne tient pas compte de la casse (majuscules/minuscules)
  • -k n trier selon la n-ième colonne. On peut faire suivre par d'autre paramètres (ex : -k2r pour trier selon la 2nde colonne en mode renverse)
  • -t précise le séparateur de colonne (par défaut un espace blanc)
  • -V tri par numéro de version ; peut servir d'alternative à -n

Exemple :

  • Trier des adresses IP (le -n ne suffit pas car il ne tient compte que du premier nombre de chaque ligne) :
sort -n -t . -k 1,1 -k 2,2 -k 3,3 -k 4,4 adresses.txt
  • trier selon la 2nde colonne
echo -e "toto aa\ntota bb\ntiti cc\n" | sort -k2
 toto aa
 tota bb
 titi cc

split

split permet de séparer un fichier en plusieurs plus petits (par exemple ici en fichiers de 10 Mo):

split -b 10m toto

Les fichiers ainsi créés seront nommés xaa, xab, xac et ainsi de suite autant que nécessaire.

Pour les rassembler il suffit d'utiliser cat :

cat xaa xab xac xad xae > 50meg

ss

ss est un outil pour afficher les statistiques des sockets (connexions réseau) qui ressemble pas mal à netstat.

ss -s
Total: 157 (kernel 750)
TCP:   97 (estab 50, closed 29, orphaned 1, synrecv 0, timewait 28/0), ports 3328
 
Transport Total     IP        IPv6
*         750       -         -
RAW       0         0         0
UDP       6         4         2
TCP       68        63        5
INET      74        67        7
FRAG      0         0         0

Options :

  • -n ne résout pas les numéros de port
  • -l affiche tous les ports en écoute
  • -o state FILTER filtrer sur l'état de la connexion TCP ; avec filter parmis : established, syn-sent, syn-recv, fin-wait-1, fin-wait-2, time-wait, closed, close-wait, last-ack, listen, closing, all, connected, synchronized, bucket, et big

Exemples :

# afficher toutes les connexions HTTP ouvertes
ss -o state established '( dport = :http or sport = :http )'
 
# afficher toutes les connexions HTTP établies avec l'IP destination 10.0.0.1
ss dst 10.0.0.1:80
 
# afficher les connexions dont le port destination est supérieur à 1024
ss dport \> 1024

strings

Affiche les chaines de caractères imprimable dans le fichier spécifié (c'est donc peu utile sur les fichiers texte).

strings toto.exe

su

Permet de lancer un shell sous un autre nom d'utilisateur. Par défaut (si on ne fourni pas de paramètre) il s'agit de root.

su toto

pour devenir toto (cela prompt le mot de passe root)

su

pour devenir root.

su -

pour devenir root avec avec la séquence de login complete (héritage des chemins vers les commandes, l'environement de l'utilisateur…)

su -c 'find / -name *.c'

permet d'executer la une seule fois en root (su -c 'command' <nom d'utilisateur> pour l'exécuter une fois sous un utilisateur particulier).

su laurent

pour devenir l'utilisateur laurent

tac

Comme cat, mais à l'envers :) tac affiche le fichier de la dernière à la première ligne.

tail

Affiche les 10 dernières lignes d'un fichier ou d“un flux en entrée :

tail ~/.bash_history
 su
 vim /mnt/dude_e/save/defs.txt
 su
 vim buf_stag.txt
 pwd
 cd
 /usr/pkg/bin/lpr -P Black sncf-confirmation
 man cvs
 w
 man calc

Options :

  • -n <nb> : affiche les <nb> dernières lignes (au lieu des 10 par défaut) : tail -n2 toto.txt (d'ailleurs le “n” est facultatif, tail -2 toto.txt fonctionne aussi bien)
  • -n +<nb> affiche toutes les lignes après la <nb>-ième : tail -n +2 toto.txt affichera toutes les lignes à partir de la 2ème.
  • -f : la commande tail ne se termine jamais et affiche à l'écran toute ligne ajoutée au fichier en paramètre (par exemple tail -f /var/log/auth.log permet de suivre en temps réel les logs d'authentification de la machine)

tar

Un outil d'archivage de données qui permet de créer une archive à partir de fichiers/arborescence. par exemple on veut archiver le répertoire ./toto/ et tout son contenu (répertoires et fichiers normaux).

tar cvf toto.tar ./toto

(toto.tar désigne le nom de l'archive qu'on veut créer, il doit avoir l'extension .tar)

On peut archiver ET compresser le fichier grâce à gunzip (option z) :

tar czvf toto.tar.gz ./toto

Plus tard, pour le désarchiver :

tar zxf toto.tar

telnet

Permet de se connecter à un serveur distant avec le protocole telnet.

telnet google.fr [80]

Le port (ici 80) est facultatif (par défaut 23).

time

Permet de calculer le temps d'exécution d'une commande :

time sleep 3

 real    0m3.015s
 user    0m0.000s
 sys     0m0.000s

La commande retourne le temps réel (real), le temps en mode utilisateur (user) et le temps en mode système (sys).

top

Affiche la liste des processus et permet d'observer en temps réel l'activité de la mémoire et du processeur.

tr

Translate or delete characters.

Exemples :

# remplacer les sauts de ligne en espaces
cat "$FIC" | tr "\n" " "
 
# convertir toutes les majuscules d'une chaine en minuscules :
echo "La PhraSe avec Des LeTTres n'iMpoRte comMEnt" | tr '[:upper:]' '[:lower:]'
la phrase avec des lettres n'importe comment
# qui équivaut à :
echo "La PhraSe avec Des LeTTres n'iMpoRte comMEnt" | tr A-Z a-z

traceroute

Traceroute permet de déterminer la route prise par un paquet pour atteindre une IP cible. L'outil envoie un paquet à IP avec un TTL de 1. Du coup, le paquet n'ira pas plus loin que le premier routeur qui enverra un paquet ICMP TTL Exceeded avec son adresse IP. En incrémentant le TTL jusqu'à atteindre la destination on obtient les IPs de tous les routeurs intermédiaires.

Certains routeurs ne communiquent pas d'informations et affichent ??? ou * * *.

traceroute google.fr
traceroute: Warning: google.fr has multiple addresses; using 66.102.9.104
traceroute to google.fr (66.102.9.104), 30 hops max, 40 byte packets
 1  smc (192.168.0.254)  0.346 ms  0.315 ms  0.305 ms
 2  82.234.75.224 (82.234.74.254)  28.637 ms  28.650 ms  28.549 ms
 3  * * *
 4  * * *
 5  th1-6k-2-po20.intf.routers.proxad.net (212.27.50.158)  29.221 ms * *
 6  ldc-6k-1-v806.intf.routers.proxad.net (212.27.57.178)  29.470 ms  28.995 ms *
 7  google.freeix.net (213.228.3.136)  31.056 ms  29.233 ms  29.521 ms
 8  216.239.43.39 (216.239.43.39)  46.563 ms  46.859 ms  46.318 ms
 9  64.233.174.113 (64.233.174.113)  46.504 ms 72.14.232.233 (72.14.232.233)  46.352 ms  46.461 ms
 10  64.233.174.187 (64.233.174.187)  46.557 ms  52.380 ms 72.14.232.239 (72.14.232.239)  46.765 ms
 11  64.233.174.18 (64.233.174.18)  48.761 ms  49.411 ms  48.771 ms
 12  66.102.9.104 (66.102.9.104)  46.767 ms  46.974 ms  46.572 ms

type

type est une commande interne de bash qui indique comment chaque nom doit être interprété si on l'utilise en nom de commande.

  • -a : affiche tous les emplacements de l'exécutable en paramètre (les alias et les fonctions) et son code source
# lister toutes les fonctions
declare -F
[..]
declare -f titreterm
 
# afficher le code de celle-ci (équivalent de "declare -f titreterm")
type -a titreterm
titreterm est une fonction
titreterm () 
{ 
    if [[ $# -eq 1 && -n $1 ]]; then
        echo -ne "\033]0;$1\007";
    fi
}

update-rc.d

Les scripts (potentiellement) lancés au démarrage sont placés par convention dans /etc/init.d/. Lorsque Linux démarre en runlevel X, il lance automatiquement au démarrage les exécutables situés dans le répertoire /etc/rcX.d, avec 0 ⇐ X ⇐ 6, ceux-ci étant des liens symboliques vers les scripts de /etc/init.d/. Pour ajouter ou retirer un script du démarrage de la machine, il faut donc créer le script dans /etc/init.d/ et placer un lien symbolique dans le répertoire associé au runlevel voulu.

Par convention ces liens symboliques sont de la forme <S|K><nombre><nom du script> : par exemple S23ntp.

  • S si on veut lancer le script ; K pour ne pas le lancer.
  • <nombre> va déterminer l'ordre de lancement (croissant) des scripts du répertoire, de 00 à 99 (00 étant lancé en premier).

Quand on veut ajouter un programme au démarrage c'est donc assez fastidieux ; heureusement il existe une commande qui le fait à votre place, c'est update-rc.d.

Pour retirer le démon cupd de tous les runlevel (cela supprimera les liens symboliques des répertoires /etc/rcX.d) :

update-rc.d -f cupsys remove
 Removing any system startup links for /etc/init.d/cupsys ...
  /etc/rc1.d/K19cupsys
  /etc/rc2.d/S19cupsys
  /etc/rc3.d/S19cupsys
  /etc/rc4.d/S19cupsys
  /etc/rc5.d/S19cupsys

On voit qu'il se lançait au démarrage de la machine en runlevel 2 (démarrage normal), 3, 4 et 5, mais pas en runlevel 1 (single user).

Pour ajouter un script au démarrage de la machine :

update-rc.d mount_mp3 defaults

Cela va placer des liens pour les runlevel 2 à 5.

Liens

umount

Démonter une partition (cf mount).

uname

Affiche des informations sur le système.

uname -a
 NetBSD stag-12-11 3.99.17 NetBSD 3.99.17 (GENERIC_MOD) #0: Fri Apr 21 15:32:24 CEST 2006  dude@stag-12-11:/usr/obj/sys/arch/i386/compile/GENERIC_MOD i386

ou encore

uname -a
 Linux tiga 2.6.16-2-k7 #1 Fri Aug 18 19:48:42 UTC 2006 i686 GNU/Linux

On peut sélectionner la colonne de sortie :

  • -i nom de la plateforme matérielle (unknown)
  • -m nom de l'architecture de la machine (i686)
  • -n nom d'hôte (tiga)
  • -o nom du sytème d'exploitation (GNU/Linux)
  • -p type de processeur (unknown)
  • -r version du noyau (2.6.16-2-k7)
  • -s nom du noyau (Linux)
  • -v version du noyau (#1 Fri Aug 18 19:48:42 UTC 2006)

On peut obtenir des informations encore plus détaillées avec la commande :

# cat /proc/version
 Linux version 2.6.26-1-686 (Debian 2.6.26-13) (waldi@debian.org) (gcc version 4.1.3 20080704 (prerelease) (Debian 4.1.2-24)) #1 SMP Sat Jan 10 18:29:31 UTC 2009

uniq

Évite la répétition de lignes adjacentes identiques ; prend en paramètre un fichier ou son entrée standart.

  • -u seules les lignes existant en un seul exemplaire sont fournies
  • -n le nombre d'occurrences de chaque ligne est affiché

uptime

Indique depuis quand le système à été mis en route.

uptime 
 15:00:52 up 1 day,  1:35,  2 users,  load average: 0.00, 0.00, 0.00

Dans l'ordre, cela affiche :

  • l'heure
  • l'uptime (temps écoulé depuis le dernier démarrage de la machine)
  • le nombre d'utilisateur(s) loggués sur la machine
  • la charge CPU instantanée, depuis 5 minutes et depuis 15 minutes

useradd/userdel

Pour créer ou supprimer un utilisateur sur le système.

Exemple de création de l'utilisateur toto en précisant l'UID que l'on souhaite (-u), la création d'un groupe éponyme (-U), la création du répertoire home (-m), l'emplacement de sa home (-d /home/toto), son shell (-s /bin/bash).

useradd -u 59211 -U -m -d /home/toto -s /bin/bash toto

usermod

Pour modifier les paramètres d'un utilisateur (par exemple pour user1) : changer son groupe initial (-g), son shell par défaut (-s), et l'ajouter aux groupes secondaires supplémentaires ftpusers et smbusers (-a -G) :

usermod -g user1_grp -s /bin/bash -a -G ftpusers,smbusers user1

Pour supprimer tous les groupes supplémentaires d'un utilisateur :

usermod -G "" user1

vi

Un éditeur de texte en mode texte plus ou moins fourni par défaut avec les distributions actuelles.

vipw

C'est la commande à utiliser pour éditer, avec vi, le fichier /etc/passwd (il met les verrous qui vont bien pour éviter des conflits d'accès).

vmstat

Affiche des statistiques sur la mémoire virtuelle.

vmstat
 procs -----------memory---------- ---swap-- -----io---- -system-- ----cpu----
 r  b   swpd   free   buff  cache   si   so    bi    bo   in   cs us sy id wa
 0  0    424  69556 145732  53768    0    0   157   106  163  186  1  1 98  1

bi et bo sont les IOs du système.

w

Affiche le résultat de la commande uptime ainsi que la liste des utilisateur loggués sur la machine.

w
 14:58:52 up 1 day,  1:33,  2 users,  load average: 0,00, 0,00, 0,00
USER     TTY      FROM              LOGIN@   IDLE   JCPU   PCPU WHAT
dude     pts/0    stag-12-11.ipv6. 14:20    0.00s  0.13s  0.00s w
dude     pts/1    dude             Mon18    4:51   0.07s  0.07s -bash

wall

Permet d'envoyer un message aux utilisateurs du système : soit en précisant un fichier en argument, soit en éditant directement le message.

wall
*** test : coucou tlm ! ***
<Ctrl+D>                # pour sortir de l'édition du message

watch

watch <commande> permet de relancer automatiquement <commande> toutes les 2s par défaut, en plein écran On peut spécifier l'intervalle de temps pour relancer la commande (-n <temps>), et surligner les différences (-d).

Par exemple, pour lancer la commande free toutes les secondes et surligner les différences :

watch -n 1 -d free

wc

Est un utilitaire qui permet d'afficher (respectivement) le nombre de lignes, mots, et caractères (en fait il s'agit du nombre d'octets) du fichier :

wc /etc/passwd          
 32   39 1380 /etc/passwd

On peut ne sélectionner que certaines colonnes de la sortie, en n'affichant que les lignes (-l), les mots (-w), les octets (-c).

wget

wget est un outil permettant de récupérer des pages web en CLI.

wget http://www.exemple.com

Pour utiliser un proxy : ajouter les lignes suivantes au fichier ~/.wgetrc :

use_proxy=yes
http_proxy=10.0.0.1:8080
https_proxy=10.0.0.2:8043

… ou utiliser, en CLI :

wget -e use_proxy=yes -e http_proxy=10.0.0.1:8080 http://www.exemple.com
wget -e use_proxy=yes -e https_proxy=10.0.0.2:8043 https://www.exemple.com

whatis

Affiche une brève description d'une commande.

whatis cat
 cat (1)              - concatenate files and print on the standard output

whereis

Affiche le nom d'une commande, l'emplacement de celle-ci ainsi que de sa page de manuel.

whereis cat
 cat: /bin/cat /usr/share/man/man1/cat.1.gz

which

Permet de localiser le binaire d'une commande

which ls
 /bin/ls

who

Affiche les utilisateurs connectés à la machine, et depuis quand.

who
 root     pts/0        Jun  9 10:15 (10.0.0.20)

Permet aussi d'afficher le runlevel précédent et courant (comme la commande runlevel) :

who -r
       run-level 3  May 31 11:36                   last=S

xargs

Redirige son entrée sur les paramètres d'une autre fonction, donnée en paramètre :

echo "toto" | xargs echo

enverra “toto” dans les paramètres du deuxième echo. Mais j'avoue, l'intérêt reste limité.

en revanche :

ps auxw | grep serveur.php | grep -v grep | awk '{print $2}' | xargs kill -15

permet de récupérer le pid de serveur.php pour envoyer lui envoyer un SIGTERM ; car kill ne lit pas son entrée standart ; il est donc impossible de le “piper” (|) avec d'autres commandes.

yum

# lister les fichiers installés par un package :
# (cette cmd est installée par le package yum-utils)
repoquery -l package
 
# activer tous les repos pour une recherche :
yum --enablerepo=* search pdsh
 
# installer un rpm local :
yum localinstall pdsh-rcmd-rsh-2.31-1.el7.x86_64.rpm pdsh-rcmd-ssh-2.31-1.el7.x86_64.rpm pdsh-2.31-1.el7.x86_64.rpm

Liens externes

informatique/linux/commandes_linux.txt · Last modified: 2018/11/10 17:57 by pteu